Home Musique Ben Watt

Automnales mélodies

@ Antonio Olmos

Une pop de mi-saison, aux accents mélancoliques, saupoudrée d’une pincée de Supertramp et d’un soupçon de John Lennon : voici le terrain où excelle l’ex-Everything But The Girl. On mesure toute la délicatesse de Ben Watt dans son dernier opus, le mirifique Storm Damage.

Un folk élégant et une indie-pop fragile, progressivement phagocytés par des caresses électroniques. Oui, l’équilibre miraculeux d’Everything But The Girl nous manque comme la pluie aux déserts. Heureusement, les membres de ce duo essentiel des années 1990 nous donnent toujours des nouvelles. En 2018, Tracey Thorn signait avec Record l’équivalent musical de son autobiographie et, l’année suivante, son comparse Ben Watt poursuivait sa route avec l’un de ses meilleurs albums. Storm Damage conjugue les envolées de Hendra aux tempêtes intérieures et automnales de Fever Dream, tout en faisant la part belle au piano. Des touches sur lesquelles Ben Watt déploie d’ailleurs son singulier sens de la chanson pop. Mélancolique, son songwriting s’accorde à merveille à son timbre. Le Londonien révèle un talent rare pour les mélodies, dont l’efficacité ne dément jamais la finesse. Sur la superbe Festival Song, il évoque le frisson de la musique partagée avec des inconnus. On a d’autant plus hâte de vivre ces petits miracles en direct. Enfin, on l’espère…

Rémi Boiteux

À ÉCOUTER / Storm Damage (Unmade Road / Caroline)

Articles similaires
© Goledzinowski