Home Best of Chroniques The Flaming Lips

American Head

(Bella Union / PIAS)

On vous a déjà fait le coup : cette fois, les Flaming Lips renouent avec l’inspiration de The Soft Bulletin et de Yoshimi Battles the Pink Robots, leurs deux coups de maître de fin et de début de millénaire. La suite avait révélé quelques albums intéressants, mais le goût de Wayne Coyne pour les concepts fumeux a régulièrement desservi la musique. En se rabibochant avec le folklore U.S., American Head devrait mettre tout le monde d’accord : les amoureux des diverses périodes du groupe et les inconsolables. Le psychédélisme de la production de Dave Fridmann et le lyrisme naïf de Coyne, maîtrisés comme jamais, livrent ici le meilleur. Comme dans une version apaisée du Soft Bulletin, les Lips plongent dans leurs souvenirs d’enfance, d’adolescence et de défonce. Ils portent un éclairage à la fois mélancolique et acidulé sur les temps qu’ils ont traversés. Pianos, chœurs et guitares pastorales se croisent, conférant à chacun de ces 13 titres une émotion particulière, sans un mouvement de trop. On vous a déjà fait le coup, mais cette fois c’est la bonne : American Head est le plus bel album jamais enregistré par The Flaming Lips.

Rémi Boiteux
Articles similaires