Home Style Le Limbourg à vélo

En roue libre

© Toerisme Limburg

Pédaler au milieu d’un lac ? Entre les cimes des arbres ? C’est possible. Au nord-est de la Belgique, dans la province du Limbourg, la petite reine est plus qu’un moyen de transport écologique. Elle s’apparente à une expérience « quasi-divine », pour citer le Time Magazine. En 2018, l’hebdomadaire américain classait la piste cyclable de Bokrijk, à Genk, parmi les « cent destinations remarquables et innovantes dans le monde ». Alors, prêts à tutoyer la canopée ? Pédaler au cœur de l’eau ?

Longtemps, le Limbourg fut célèbre pour son industrie houillère. Après la Deuxième Guerre mondiale, ses sept mines assurèrent la prospérité de la Belgique. Après leur fermeture au début des années 1990, « le cyclotourisme devint l’une des solutions pour remettre l’économie de la province sur les rails », indique Igor Philtjens, le président de Visit Limburg, l’organisation soutenant le tourisme. Avec plus de 2 000 km d’itinéraires balisés et des terrils végétalisés, cette région frontalière des Pays-Bas s’est imposée comme une pionnière dans le domaine. Et elle n’est pas près de céder son maillot jaune. Car depuis, on enchaîne ici les projets extravagants, à commencer par la piste cyclable de Bokrijk. Conçue en 2016 au cœur de la réserve naturelle de De Wijers (“le pays aux 1 001 étangs”), cette voie longue de 212 mètres traverse un… lac. Plus fort : sa surface se situe à hauteur des yeux des cyclistes, « afin de donner l’illusion de pédaler dans l’eau “pour de vrai” ».

Bien perchés

Histoire de prendre de la hauteur, vous pouvez aussi frôler les cimes. En l’occurrence celles des conifères de Bosland, le plus grand domaine boisé de Flandre – plus de 5 000 hectares. Cette piste a vu le jour en 2019 dans la commune de Hechtel-Eksel, toujours dans le Limbourg. Le circuit de 700 mètres prend cette fois la forme d’un double anneau observant une pente de 4 %, emmenant les rouleurs jusqu’à dix mètres d’altitude, pour une petite promenade entre les branches. « C’est un peu comme si vous vous éleviez avec les arbres. Vous voyez, sentez et ressentez la forêt ! », s’enthousiasme Igor, jamais à court d’idées. D’ici l’automne, on pourra aussi traverser le Parc national des Hoge Kempen, soit 5 700 hectares de bois et de landes. De quoi ajouter un peu plus de selle à ses balades.

A LIRE AUSSI: LE STAB VELODROME

A LIRE AUSSI : LE VELODROME ANDRE-PETRIEUX

Julien Damien

À VISITER / www.visitlimburg.be

Articles similaires
(c) Adrien Battez