Home Style Festival International de Jardins – Hortillonnages Amiens

Embarquement immédiat

Raphaëlle Duquesnoy, Hortillophones, 2019,
Festival international de jardins, Hortillonnages
Amiens © art & jardins | Hauts-de-France
photo Yann Monel

Depuis 2009, le Festival international de jardins investit les hortillonnages d’Amiens avec de jeunes plasticiens et paysagistes. L’occasion de se promener à pied ou en barque électrique (et en bois) dans un décor exceptionnel, constitué d’îles et de canaux, où l’art et la nature fusionnent. Pour cette 11e édition, 52 installations (dont 12 nouvelles) sont à découvrir, suscitant l’émerveillement comme la réflexion sur la fragilité de notre écosystème.

C’est un site unique au monde, où la poésie le dispute à la sérénité. Imaginez : un paysage de 300 hectares traversés par 65 km de canaux encadrant des îles… aux portes d’Amiens. À bien des égards, ce cadre évoque les Cités végétales de Luc Schuiten. « Vous êtes au pied de la cathédrale et, 10 minutes plus tard, sur l’eau, se réjouit Gilbert Fillinger, le directeur du festival. Pour moi, c’est vraiment la ville de l’avenir ». Pourtant, ses hortillonnages ne datent pas d’hier. À l’origine, l’endroit est un marais asséché par les Romains, il y a plus de 2 000 ans – le terme provient du latin hortellus, soit “petits jardins”. Durant le Moyen-Âge, Amiens devint une zone de maraîchage réputée avant que la mécanisation de l’agriculture ne sonne le glas de cette tradition, au milieu du XXe siècle. Au début des années 2000, des inondations ont ensuite abîmé ces lieux. « Au final, le nombre de maraîchers est passé d’un millier à moins de dix ».

Stéphane Larcin et Baptiste Demeulemeester, Cabotans maraîchers, 2019, Festival international de jardins, Hortillonnages Amiens © art & jardins, Hauts-de-France - photo Yann Monel

Stéphane Larcin et Baptiste Demeulemeester,Cabotans maraîchers, 2019, Festival internationalde jardins, Hortillonnages Amiens © art & jardins,Hauts-de-France -photo Yann Monel

La renaissance

Si une faible activité nourricière persiste, le reste du site fut transformé en jardins d’agrément, aménagé pour la détente, la pêche ou… abandonné. La naissance du Festival international de jardins, en 2009, fut donc salvatrice. Le principe ? Réhabiliter les hortillonnages en donnant carte blanche à des créateurs, paysagistes ou architectes. Depuis, 52 oeuvres ont poussé ici, garantissant un voyage entre art et nature. On peut traverser ces jardins extraordinaires à pied et, surtout, en barque. Au gré de ces escales, on découvre ainsi les Cabotans maraîchers de Stéphane Larcin et Baptiste Demeulemeester, un théâtre de verdure où s’enroulent des branches de saule. Plus loin, on se laisse envoûter par les Hortillophones de Raphaëlle Duquesnoy, amplifiant le chant des oiseaux. On réfléchit, aussi, à la fragilité de notre écosystème et de notre « futur alimentaire » au Banquet cornélien de Guillaume Besnier. Au cœur du parcours, ce jardin octogonal salue les agriculteurs privilégiant des techniques écologiques (sans énergie fossile ni pesticide) pour produire des aliments alléchants en osmose avec leur environnement.

A LIRE AUSSI

MUSEE EN PLEIN AIR DU SART TILMAN

JARDINS EN SCENE, 120 NUANCES DE VERT

ZAK EAZY, PLUS BELLE LA VILLE

SAYPE, GRANDEUR NATURE

 

Julien Damien

Amiens, 14.07 > 18.10, Hortillonnages, www.artetjardins-hdf.com

À PIED / accès à L’Île aux Fagots, mer > dim : 13 h 30 -19 h, gratuit

EN BARQUE (parcours de 2 h 30) / accueil au Port à fumier : mer > ven : 13 h-19 h sam & dim : 10 h-19 h, 19 € (1/2 pers.), 24 € (3/4 pers.), 26 € (5/6 pers.), gratuit -3 ans réservation : +33 (0)6 37 25 74 70

Articles similaires