Home Exposition Bye Bye Future !

Au-delà du réel

Tetsuwan Atomu, Astro Boy, 1962 © Osamu Tezuka
© The Art of Anime-coll Spacher Vogler © Bye Bye Future !, Mariemont

Voitures volantes, corps modifiés, androïdes plus ou moins amicaux, catastrophes sociales et climatiques… Au fil des siècles, de nombreuses visions de l’avenir furent imaginées. Présentée au Musée royal de Mariemont, Bye Bye Future ! explore cette fascination propre à l’humanité à travers la littérature, le cinéma, l’art contemporain, la SF ou la pop culture. Entre projections futuristes alternatives et nostalgie d’un passé souvent idéalisé, ces œuvres éclairent d’autant plus notre présent – sous le regard d’Astroboy, de Jules Verne ou de Goldorak, ici portraitisé par Pierre et Gilles. Plus fort, ce voyage devient désormais… virtuel.

Situé à Morlanwelz, au cœur d’un somptueux parc arboré, le Musée royal de Mariemont abrite une collection impressionnante d’antiquités égyptienne (telle cette statue monumentale de Cléopâtre), gréco-romaines mais aussi de porcelaines chinoises ou… tournaisiennes. Amassées par l’homme d’affaire et philanthrope Raoul Warocqué, ces pièces établissent un dialogue précieux entre les cultures et les époques. Pour autant, l’institution demeure aussi bien ancrée dans son temps. Depuis le début de l’année, elle accueille en effet une exposition fascinante. Intitulée Bye Bye Future !, celle-ci ausculte le différentes visions de l’avenir (et les craintes qu’il suscite) par-delà les âges à travers une sélection bien choisie et orchestrée de peintures, sculptures, installations, jeux vidéo, bandes dessinées, films…

Vue d'exposition, Luc Schuiten, Sautraile, mannequin appareillé, prototype, 270 x 200 x40 cm © photo Julien Damien

Vue d’exposition, Luc Schuiten, Sautraile,
mannequin appareillé, prototype, 270 x 200 x40 cm © photo Julien Damien

Lendemains qui déchantent

Le visiteur découvre par exemple des os oraculaires datant de la dynastie Shang (-1200 avant J.-C.) utilisés par les devins chinois. Dévoilés dans une grande vitrine inaugurale, ils jouxtent les compas de de Jules Verne, sous le regard de l’ours-caravane steampunk de François Wagner, composé de jouets récupérés. Plus loin, la première édition des Prophéties de Nostradamus (1554) côtoie une installation de Fabien Zocco, où des smartphones tenus par des bras robotisés affichent des phrases sibyllines, composées de mots puisés au hasard dans l’Ancien Testament. Citons aussi la bobine originale de Conan, le fils du futur, série de 1978 signée Hayao Miyazaki, et narrant une humanité au bord de l’extinction après la Troisième Guerre mondiale… Les processus changent donc, mais les préoccupations demeurent : imaginer de quoi seront faits nos lendemains (souvent anxiogènes), éclairant d’autant mieux les enjeux du présent.

Voyage immobile

Mariant pop culture, art contemporain et œuvres antédiluviennes (datant parfois plus de 5 000 ans), ce parcours garantit une immersion totale, entre utopie, dystopie et uchronie, et peut également s’entreprendre… depuis votre écran. Si le Musée royal de Mariemont a bien rouvert ses portes (le 26 mai), il propose désormais des visites virtuelles de cette exposition, joignant un peu plus le fond (multimédia et ludique) à la forme. Numérisée à 360 degrés et portée par Musées et Sociétés en Wallonie (MSW) dans le cadre du projet “Behind the Museum”, l’exposition permet de décrypter chaque pièce, et s’apparente plus encore à une projection dans le temps et l’espace.

La visite virtuelle, c’est ici !

A lire aussi : notre visite guidée de l’exposition

Informations
Morlanwelz, Musée Royal de Mariemont

Site internet : http://www.musee-mariemont.be/

Tous les jours sauf les lundis non fériés, avril > septembre, : 10h > 18h / octobre > mars : 10h > 17h

25.01.2020>25.10.2020mar > dim : 10h-17h, 5>2€ (gratuit -12 ans)
Articles similaires