Home News Goutte à goutte

Arturo Vittori

Selon un rapport publié en 2019 par l’Organisation Mondiale de la Santé, plus de deux milliards de personnes seraient privées d’eau potable sur la planète. Par ailleurs, 17 régions sont déjà en situation de « stress hydrique extrêmement grave », consommant la quasi-totalité des ressources essentielles dont ils disposent (comme Le Cap en Afrique du Sud ou Sao Paulo au Brésil), tandis que la demande mondiale devrait augmenter de 20 à 30 % d’ici à 2050… Face à cette pénurie (inéluctable ?), l’architecte italien Arturo Vittori a élevé d’immenses tours capables de capter l’humidité dans l’air. La première d’entre elles a été installée à Dorzé, au sud de l’Éthiopie, et peut récupérer jusqu’à 100 litres d’eau potable par jour. Haute de dix mètres, la Warka Water est conçue en bambou. Elle est équipée d’un filet dont les mailles, constituées de fibres de nylon et de polypropylène (une forme de plastique plus facilement recyclable), fonctionnent comme des micros-tunnels piégeant les gouttelettes en suspension.

(c) Arturo vittori

(c) Arturo vittori

Bâtir une telle structure nécessite dix jours, des outils basiques (un marteau, de gros ciseaux…) et une équipe de cinq ou six personnes. Le génial Transalpin estime que le coût de construction d’une tour (avec les matériaux locaux) ne dépasse pas 1 000 euros. Il a également lancé une campagne de dons pour concrétiser des projets similaires au Cameroun, en Haïti ou au Togo. « Chaque goutte compte », résume-t-il sur son site. Pas mieux.

Articles similaires
(c) Aerosol Kings

(c) Octavia Chic