Home News Immatriculé Covid-19

A côté de la plaque

La photo affole les réseaux sociaux. Celle-ci a été prise par un automobiliste le 27 mai, à la sortie de Gentbrugge dans la ville de Gand, et montre un SUV Mercedes immatriculé… COVID-19. Une performance artistique ? Une blague de mauvais goût ? Non, une mesure de sécurité routière, à en croire le propriétaire du véhicule. Interrogé par le quotidien flamand Het Nieuwsblad, ce jardinier de 36 ans assume totalement. « Bien sûr, je savais que je susciterai des réactions négatives ! Mais c’était bien mon intention. Je voulais juste signifier que les autres voitures doivent garder un mètre et demi de distance avec la mienne, affirme cet habitant de Wetteren, en Flandre. Cette plaque d’immatriculation divisera les gens : certains saisiront la blague et d’autres non. Ainsi soit-il ».

HA HA HA

Notre philosophe devait d’ailleurs être assez motivé, puisque ce tour de passe-passe lui a coûté la bagatelle de 1 000 euros, soit le prix d’une plaque personnalisée en Belgique, où la législation en ce sens est plutôt souple – depuis 2014, 30 000 demandes “originales” ont ainsi été enregistrées dans le royaume. En l’occurrence, ce message bien particulier est-il légal ? Eh oui. « Il n’y a rien de diffamant, de raciste ou d’homophobe ici. Rien n’interdirait une personne d’immatriculer son véhicule GRIPPE. Donc, a priori, pas d’opposition à COVID-19, assure le Service public fédéral (SPF) Mobilité et transport auprès de la RTBF. C’est un choix personnel pas plus décalé que les plaques HI HI HI ou HA HA HA, qui existent vraiment ». Et sont, pour le coup, un peu plus drôles.

Articles similaires
© Darroze