Home News Sans commentaire

Va y avoir du sport

Le Tour de France, les Jeux Olympiques, l’Euro de football, Roland Garros… Cette saleté de Covid-19 a eu raison de tous les événements sportifs, laissant nos commentateurs dans le plus grand désarroi. Plus moyen de s’indigner devant un tacle à la gorge, de s’égosiller sur un triple saut en hauteur… Bref, de vibrer. Qu’à cela ne tienne, certains journalistes ont trouvé de nouveaux sujets d’envolées lyriques : en commentant des scènes on ne peut plus banales. Il faut ainsi voir (et surtout écouter) l’Ecossais Andrew Cotter, de la BBC, transformer une vidéo de manchots tournée en Australie en haletante course de fond – « On reconnaît le champion en titre, vêtu de sa tenue bleue marine et blanche familière. Super style de dandinement ».

Tout aussi enthousiaste, l’Allemand Robby Hunke, plus habitué aux exploits de la Nationalmannschaft, s’excite comme il peut avec la circulation animant le carrefour en bas de chez lui, à Cologne – « un cycliste, sans aucun pressing sur lui, que fait-il ? Il passe simplement dans les 30 derniers mètres de la rue Neusser, et personne ne vient le contrarier, c’est audacieux, belle action ! ».

Enfin en Argentine, où le foot demeure une religion, l’humoriste Agustín Radagast ajoute un peu de passion à son quotidien (le lavage des mains de sa compagne) en le décrivant avec la légendaire logorrhée des commentateurs sud-américains. Humour : 3 – Morosité : 0.


Voir cette publication sur Instagram

Correcto lavado de manos con @fermetilli #relatordecosas #quedateencasa

Une publication partagée par Agustín Aristarán (@soyrada) le

Articles similaires