Home Exposition Secrets de parfum

Dessine-moi un flacon

ALNOOR flacon Gourmandise © Musée International de la Parfumerie Grasse France

En 2020, la métropole lilloise devient capitale mondiale du design. Le Colysée de Lambersart se met (littéralement) au parfum. Conçue avec le Musée international de la parfumerie de Grasse, cette exposition raconte l’histoire du précieux liquide… à travers son contenant : le flacon. Pourvu qu’on ait l’ivresse.

Se parfumer ne date pas d’hier. Durant l’Antiquité, les Egyptiens et les Grecs brûlaient déjà des essences en l’honneur des dieux. Le mot vient d’ailleurs de là : “par la fumée”. Il faudra toutefois patienter avant que le commun des mortels s’en empare… « L’engouement pour les parfums remonte au XVIIIe siècle, en France, avec l’art de la séduction, souligne Marianne Pichonat, chargée de projets culturels à Lambersart. Les flacons sont alors de véritables bijoux, uniques, que l’on peut par exemple glisser dans son corset ». Petites fioles en aventurine, en argent, porcelaine… Les pièces exposées au Colysée témoignent d’un artisanat raffiné, mais supplanté dès le XIXe siècle par l’industrialisation. De grandes maisons voient le jour (comme Guerlain), inaugurant des bouteilles en verre aux étiquettes prometteuses (Diamela Pompadour de Roger & Gallet). L’Art nouveau (ses formes courbes, asymétriques) puis l’Art déco (et ses lignes géométriques) produisent dans la foulée leur lot d’écrins fastueux, certains en cristal de Baccarat.

Vue d'exposition © Julien Damien

Vue d’exposition © Julien Damien

Des idées fioles

Dans les années 1950, une nouvelle génération de couturiers flaire la bonne affaire (Dior, Givenchy…) mais il faudra attendre la maîtrise des matières plastiques pour que ce luxe soit à portée de tous. En 1977, le bien-nommé Opium d’Yves Saint Laurent devient ainsi la première fragrance grand public. Des artistes tels Dali ou Jean-Paul Gaultier s’immisceront dans la brèche. Au-delà du marketing, « le flacon doit porter l’identité du parfum, de la marque… c’est un geste synesthésique ». Parfois audacieux. A l’image du célèbre Flower by Kenzo, dont la forme s’inspire d’un coquelicot, une fleur… sans odeur. On en découvre ici les croquis originaux, signés du Français Serge Mansau (1930 – 2019), l’un des maîtres du genre. L’objet est donc bien étudié, visant parfois l’œuvre d’art, tels ces contenants imaginés sans contenus, juste pour la beauté du geste (donc affranchis de toutes contraintes commerciales). Parmi ces pièces uniques, on citera les Sept parfums de péchés d’Alnoor Design, soit des bouteilles en forme de glace pour illustrer la gourmandise, de lit pour la paresse, renfermant une clé pour l’envie, avec un compte-gouttes pour l’avarice… Joli pied de nez !

Julien Damien
Informations
Lambersart, Le Colysée

Site internet : http://www.lambersart.fr/

07.12.2019>26.04.2020mer > sam : 13 h-18 h • dim : 13 h-19 h, Gratuit
Articles similaires