Home Musique Supergrass

This is England

©Tim Oxley

Supergrass demeure l’un des groupes les plus sous-estimés du mouvement Britpop, qui fut de fait plus générationnel que musical. Dix ans après une séparation à l’amiable, et à l’occasion de la parution d’un coffret sacrément appétissant, la bande d’Oxford remonte sur les planches. Rétrospective accélérée.

Catapulté sur la scène Britpop à la grâce de deux singles (Caught By The Fuzz et Alright) et d’un album inusable (I Should Coco), Supergrass aurait pu disparaître aussi vite. En 1997, ladite scène est sur le déclin : Blur se lance dans l’indie rock US, Oasis signe le boursouflé Be Here Now (trop de coke), et Pulp publie le sombre This is Hardcore (plus assez de coke). Gaz Coombes et les siens ne veulent pas jouer les gardiens d’un temple dont ils se fichent éperdument. Le trio est “là pour l’argent”, et le clame ironiquement avec In It for the Money. Mais voilà : sous ces airs potaches, se planquent de redoutables songwriters.

Parcours sans faute
Ces Anglais sont d’abord vus comme de joyeux drilles et ne seront jamais vraiment pris au sérieux. Madness a eu le même souci. Pourtant, de 1999 à 2008, paraîtront quatre albums impeccables, souvent placés dans les charts, mais ne renouant pas avec la popularité des débuts. Tant mieux ? Sans doute. Ainsi Supergrass a pu, sans pression commerciale, dérouler le fil d’une inspiration jamais prise en défaut. En témoigne ce coffret regroupant les six albums originaux, des CD bonus de live inédits, des faces B, des remixes, des démos et autres versions acoustiques – on en passe. De quoi redécouvrir l’un des groupes les plus attachants et passionnants de ces 25 dernières années – que l’on ait connu ou non la Britpop.

Thibaut Allemand
Concert(s)
SUPERGRASS
Bruxelles, Ancienne Belgique

Site internet : www.abconcerts.be

05.02.2020 à 20h00complet

A écouter : Best Of Supergrass : The Strange Ones, 1994-2008 (WEA, sortie le 24.01)

Articles similaires
© DR

© Ilenia Tesoro