Home Best of Portfolio Álvaro Peñalta

Géométrie variable

Direction : Álvaro Peñalta
& Josep Prat Sorolla
Photography :
Hellobienstudio
I See Faces - Sandra, 2018

C’est pour « sortir le spectateur d’une grise réalité » qu’Álvaro Peñalta emplit ses images de couleurs éclatantes. Reconnaissons à ce graphiste et photographe un talent indéniable pour attirer l’œil. Directeur artistique du studio Super Fuerte, qu’il a fondé à Valence avec son ami Natxo Ramón, l’Espagnol développe des projets personnels en parallèle de ses réalisations pour la publicité. Chacune de ses compositions est un petit bijou de mise en scène. Et d’abnégation. Pour I See Faces, il aborde « six personnages comme six toiles blanches ». Au préalable, il a étudié l’anatomie de chaque modèle avant de réaliser 50 pièces en bois et en méthacrylate, pour les suspendre devant leurs visages. Ces clichés s’inspirent du phénomène de la paréidolie. « Vous savez, quand notre esprit identifie une forme familière dans un paysage, un nuage, des figures géométriques… ». Car oui, Álvaro Peñalta aime les carrés, triangles et cercles, qu’il superposait déjà pour la série Point (2015). Il affectionne aussi La Panthère rose, les films d’horreur, l’exubérance des années 1980 et l’œuvre de Jean-Paul Goude. « En effet, c’est incroyable de penser que les photographies si flamboyantes de cette époque ont été conçues sans retouche digitale », s’enthousiasme-t-il. S’inscrivant dans leur sillage, notre directeur artistique cultive aussi de manière ironique une esthétique kitsch. Ainsi, Post Party, tout en jambes et en orteils, évoque une nuit de fête dégénérant en orgie. « On y retrouve le bodypainting de Keith Haring sur Grace Jones ou la scène de Shining dans laquelle un homme déguisé en ours s’unit à un autre homme dans un acte sexuel ». Renversant, n’est-ce pas ?

A LIRE AUSSI : L’INTERVIEW DE L’ARTISTE

Marine Durand
Articles similaires
GALE AND HER GLOSSY BALLS (c) Lexicon Love