Home Cinéma CineComedies

L'humour libre

© EuropaCorp Distribution

Ce festival dédié à la comédie inaugure sa deuxième édition. Après avoir célébré la France et son maître burlesque, Pierre Richard (et avant, peut-être, les états-Unis…) ce nouveau programme lillois met le cap sur la Belgique. Faisant fi des frontières, il embarque au passage le discret Michel Blanc. Car ici, le rire est pris au sérieux.

 

La comédie serait-elle méprisée par le septième art ? « Oui, elle n’ a toujours pas sa place à Cannes », déplore Jérémie Imbert, le fondateur de CineComedies. Certes, l’humour trône au sommet du box-office, mais pas toujours pour le meilleur. « C’est vrai, il ne vit pas exactement son âge d’or…». Raison de plus pour s’intéresser aux oeuvres lui ayant donné ses lettres de noblesse, et à ses dialoguistes, scénaristes… En somme, le texte, « ce parent pauvre de la comédie française ». Le festival inaugure ainsi une résidence d’écriture, parrainée par Jean-François Halin (OSS 117). On prendra aussi quelques cours avec… Michel Blanc. L’ex-taulier du Splendid s’est affirmé comme l’une des plus fines plumes du genre. L’occasion de se (re)bidonner devant Marche à l’ombre ou Grosse fatigue, et d’une rencontre rare – « mais ne lui parlez pas de Jean-Claude Dusse ! »

(c)mk2-Films

(c)mk2-Films

 

C’est bon, c’est du belge

Autre invitée de marque : la Belgique. Mettre à l’honneur la patrie de Benoît Poelvoorde tenait de l’évidence. « C’est un humour synonyme d’iconoclasme total, de politiquement incorrect, les Belges osent tout ! ». à l’image, bien sûr, de C’est arrivé près de chez vous… qui ne sera hélas pas diffusé. « Il est bloqué depuis près de 30 ans pour des questions d’ayants droit ». Dommage, mais on se consolera devant Dikkenek, pas moins perché. « Qui s’y frotte s’y frite », comme dirait Claudy.

Julien Damien

Lille, 02 > 06.10, UGC, Gare Saint-Sauveur et divers lieux en métropole gratuit (sauf avant-premières : tarifs UGC), www.festival-cinecomedies.com