Home Best of Interview Xaviera Altena

Sweet nineties

Winter Queen - Xaviera Altena

Née en 1991 aux Pays-Bas, à Rotterdam où elle vit toujours, Xaviera Altena voue une fascination certaine pour les nineties et leur esthétique pop et colorée. Souvent féminins, ses portraits sont exécutés avec une ligne claire et une palette flamboyante. En somme, un style reconnaissable entre tous. Rencontre.

Comment êtes-vous devenue illustratrice ? Quand j’étais jeune, vers l’âge de quatre ans, je créais déjà des bandes dessinées avant même de savoir les lire. Je racontais mes aventures dans le jardin ou avec ma famille. En parallèle, j’ai toujours été très mauvaise en mathématiques et en sciences. Finalement, la littérature, le dessin et d’autres formes d’art furent mes principaux débouchés. Après le lycée, j’ai étudié l’illustration à la Willem de Kooning Academy, ici à Rotterdam. J’ai réellement développé ma propre esthétique lorsque j’ai commencé à travailler pour moi-même.

Justement, comment définiriez-vous votre style ? Je dirais que c’est du cartoon pop-art, relevé d’une touche de féminisme.

Xaviera Altena - Stella

Xaviera Altena – Stella

Les femmes et le féminisme semblent importants pour vous, n’est-ce pas ? Oui, je souhaite en particulier défendre une représentation plus diversifiée des femmes dans le design et illustration, à l’image de la mode.

Vous trouvez vos références dans les nineties. Pourquoi cette attraction ? J’adore l’esthétique de cette époque. C’est l’ère ultime des affrontements entre l’ancienne génération, qui a grandi sans internet, et la nouvelle qui a accès à toutes les informations du monde entier, comme en témoignent les formes actuelles de culture, d’art et de musique.

Vos couleurs sont très “pop” ? Comment les choisissez-vous ? Je ne sais pas vraiment, je suis naturellement attirée par les tonalités vives.

Quelles sont vos influences artistiques ? Certainement le célèbre artiste pop-art Keith Haring mais aussi des créateurs contemporains comme Yayoi Kusama. J’adore leur façon de jouer avec les lignes, les couleurs et les motifs. Mes influences se situent aussi du côté des auteurs de BD, découverts très jeune, comme Hergé ou Willy Vandersteen. J’adore la ligne claire, ce style ultra-propre et “plat”.

Quels sont vos sujets favoris ? J’aime dessiner les femmes, car vous pouvez les représenter dans nombre de styles et de couleurs. Je me concentre aussi sur des thèmes sociétaux comme le changement climatique, notre façon de traiter les animaux ou le consumérisme.

Quelle serait votre création préférée ? Je n’ai pas d’image favorite mais, si je devais choisir, alors j’évoquerais “Stella” et le portrait que j’ai récemment réalisé de Winnie Harlow (ndlr : une mannequin canadienne atteinte de vitiligo).

Winnie - Xaviera Altena

Winnie – Xaviera Altena

Quel est votre processus de création ? Cela dépend si c’est une commande ou un travail personnel. Pour les clients, j’effectue des croquis, en noir et blanc ou en couleur. Ensuite, après leur retour, je commence à créer en numérique. Pour ma part, je débute presque toujours par le numérique, jouant avec les lignes, les couleurs et observant ce qui se passe…

Plus généralement, que voulez-vous provoquer chez le spectateur ? J’aimerais qu’il soit plus ouvert d’esprit, et surpris peut-être. En tout cas, j’espère que ces couleurs vives rendront les gens heureux, c’est l’essentiel.

Si vous n’aviez pas été illustratrice, quel métier auriez-vous exercé ? Il y en a beaucoup, pas forcément réalistes mais je peux rêver ! J’adorerais par exemple travailler avec des animaux domestiques, des chiens en particulier. J’aime aussi cuisiner, donc pourquoi pas cheffe ? Enfin, j’adore les mystères, les énigmes entourant les crimes. Je me verrais donc bien détective…

Summer Body - Xaviera Altena

Summer Body – Xaviera Altena

Articles similaires
© Studio Canal