Home Exposition Les Muses insoumises

Objectif lutte

Anonyme, Carole Roussopoulos pendant le tournage de Les prostituées
de Lyon parlent, 1975 © Fonds Carole Roussopoulos

Le LaM met les femmes à l’honneur pour la belle saison, à travers un parcours artistique et politique exceptionnel dont Delphine Seyrig (1932 – 1990) est le coeur battant. On la connaissait icône du cinéma des sixties (inoubliable Fée des lilas dans Peau d’âne de Jacques Demy), on la (re)découvre en insoumise iconoclaste, infatigable activiste et artiste exigeante en quête de liberté.

Pour Giovanna Zapperi, l’un des commissaires, « Delphine Seyrig se situe au croisement du cinéma, du documentaire et des questionnements liés au genre ». Le mouvement féministe issu de mai 68 permettra à cette héroïne des films de Resnais ou Truffaut (entre autres) de briser une image trop lisse. L’apparition de la première caméra portative lui donnera des ailes. Au sein du collectif Les Insoumuses, la vidéo devient L’été au LaM pour elle une arme de libération majeure éclairant les minorités.

La parole libérée

Cette exposition retrace avec force pellicules, photos ou documents rares les combats menés via l’objectif de Seyrig : le droit à l’avortement, la nécessité d’une solidarité internationale, la critique de la psychiatrie… « Ces productions sont extraordinaires car elles nous ramènent au présent », ajoute Giovanna Zapperi. On découvre ainsi des pépites comme Sois belle et tais-toi (1976), manifeste MeToo avant l’heure où Seyrig interviewe 24 actrices sur leur métier, leur envie de s’émanciper du regard masculin… et les violences subies. Ces Muses insoumises sont également une ode à la sororité, à la bienveillance et au pouvoir du collectif. à ce titre, Les prostituées de Lyon parlent (1975) demeure un modèle d’éthique et d’écoute. Dans ce documentaire, la cinéaste rend à ces “filles de joie” une parole souvent usurpée. Un “artivisme” frontal, respectueux et émouvant.

Sarah Elghazi
Informations
Villeneuve d'Ascq, LaM

Site internet : http://www.musee-lam.fr/

Collections permanentes accessibles du mardi au dimanche de 10 h à 18 h.
Exposition temporaire et collections permanentes : 10 / 7 €
Collections permanentes : 7 / 5 €

05.07.2019>22.09.2019mar > dim : 10 h > 18 h, 7 / 5 € / gratuit (-12 ans)

L’été au LaM

Durant l’été, le LaM joue les prolongations dans son joli parc. Au menu de cette programmation à l’air libre ? Chasse au trésor contée par la Compagnie du Tire-Laine, bal populaire rythmé par l’impayable Prieur de la Marne ou cinéma sous les étoiles ! Elle est pas belle la vie ?

>> Villeneuve d’Ascq, 04.07 > 22.09, LaM, www.musee-lam.fr

Sélection

06 & 07 : week-end d’ouverture (sam : apéro-visite avec les commissaires de l’exposition Les muses insoumises, présentation de livres précieux d’artistes femmes de la bibliothèque Dominique Bozo, projection-rencontre avec les commissaires de l’exposition, dim : chasse au trésor contée en collaboration avec la Cie du Tire-Laine, projection du film Peau d’âne de Jacques Demy) // 13.07 : grand pal populaire // 18.07 : Ouverture de l’exposition Jardin(s) Secret(s), menée par les personnes détenues d’Annoeullin // 24.08 : Nuit des étoiles (ateliers Mains dans la main, programme de courts-métrages à destination du jeune public Les P’tits explorateurs,projection de documentaires et courts-métrages à destination du public adulte, installation participative I Will Keep A Light Burning de Renaud Auguste-Dormeuil, cinéma en plein air) // 25.08 : ciné-goûter en famille (ateliers de création d’un livre d’artiste en famille, programme de courts-métrages à destination du jeune public Les P’tits explorateurs)

 

 

Articles similaires