Géographie Zombie, les ruines du capitalisme

(Playlist Society)

On se souvient de l’excellent mais ardu Zombie, une fable anthropologique (2015), de Barbara Le Maître. Universitaire également, le géographe Manouk Borzakian signe un livre plus accessible, consacré aux espaces dans les films de zombies. Des espaces indéterminés, en quelque sorte. La chose est admise : la figure du mort-vivant est une métaphore du capitalisme. Or, l’auteur développe sa pensée via d’autres domaines (histoire, psychologie, sociologie, géographie). Sans juger de leur qualité, il s’intéresse donc au décor, aux champs d’action, à la façon dont ces films dressent un constat de notre monde en poussant le curseur un peu plus loin. Ou à peine, si l’on songe à 28 Jours plus tard ou, plus léger, à l’immense Shaun Of The Dead.

Thibaut Allemand

128 p., 14 €.