Affaire juteuse

Raisinor France

On connaissait le biocarburant à base d’huile de friture, concocté dans le nord de la France (par Gecco à Vendeville), pas encore celui au marc de raisin. Depuis le 1er avril, le bus reliant les communes de Vauvert et Vergèze, dans le Gard, est alimenté par des résidus de l’activité viticole de cette région (soit un mélange de peaux et de pépins fermentés). Baptisé ED 95, distillé par l’entreprise Raisinor France, ce bioéthanol permettrait de réduire de près de 90 % les émissions de gaz à effet de serre, et de 70 % celle des particules fines, par rapport au diesel. Le moteur du car en question a été modifié pour rouler avec ce liquide, et coûterait 40 % plus cher qu’un véhicule classique. Toutefois, l’ED 95 est vendu à un prix bien plus attractif : 85 centimes le litre. A long terme surtout, son utilisation pourrait nous éviter de gros “pépins” climatologiques – il faut donc raisin garder.

Emma Van Ceunebroeck – Bréant