Le Seuil

Le nouvel essai de Romain Bertrand est né d’un échec. L’historien, si habile à disserter sur l’architecture des palais, s’est en effet trouvé dépourvu au moment d’écrire sur la jungle de Bornéo, qui constituait son terrain d’enquête. « Comment camper en une phrase le galbe d’une palme ? De quelle façon, mot à mot, rester dans le ton d’un buisson ? ». Si cette impuissance du langage à saisir les variations de la nature est devenue, de Goethe à Paul Valéry, un “topos” de la littérature, Bertrand la resitue dans l’évolution de notre rapport au vivant. Tandis que la sixième extinction de masse se poursuit, réinventer l’art de la description apparaît comme une nécessité. Par la plume ou le pinceau, il s’agit aussi de porter attention, de prendre soin.

Raphaël Nieuwjaer

288 p., 22 €.

Articles similaires