Collé décalé

The llusion (2018) (c) Julien Pacaud

Surgissant d’un passé aux contours élastiques, les personnages de Julien Pacaud se débattent dans de curieuses mises en scène. Tenez, cette gravure de mode s’extrayant sans une égratignure de gravats en suspension. Ou cette athlète optimiste visant, de son rocher, un minuscule panier de basket. L’humour a souvent sa place dans les collages digitaux du graphiste manceau. Le hasard aussi, à en croire la méthode de travail revendiquée depuis une dizaine d’années par ce spécialiste ès Photoshop. « Je cherche des photos anciennes sur Internet, je scanne parfois de vieux magazines, m’arrêtant sur des personnes ou des objets que je trouve beaux. Mes collages sont des morceaux de fiction. Mais, je préfère ne pas trop expliquer, laissant libre cours à l’interprétation de chacun ». Même pas une image, pour la route ? Ces individus plongeant littéralement la tête dans la montagne, par exemple… « Ils m’ont été inspirés par la chanson When You Sleep de My Bloody Valentine », confie ce diplômé de l’école Louis Lumière. Parmi ses influences, il cite aussi les pochettes d’albums de Pink Floyd, le cinéma de Lynch et La Quatrième dimension. Enfin, comment ne pas évoquer Magritte devant cette baudruche plantée sur des jambes féminines ? « J’aime quand le bizarre fait irruption dans le banal », confirme-t-il. Cette démarche ne passe pas inaperçue. Julien Pacaud sévit ainsi dans les pages de magazines prestigieux. De sa souris alerte, il répond aux actualités les plus triviales par des illustrations décalées. La réalité n’a qu’à bien se tenir.

A LIRE : L’INTERVIEW DE JULIEN PACAUD

Marine Durand

A visiter : julienpacaud.com

Perpendicular Dreams, Volumes I & II, collages de Julien Pacaud, textes de Jean-Christophe Sanchez, 128 p., 35 € (chaque volume)

Articles similaires