La Pensée écologique

Zulma

« Plus humain que l’humain ». La devise véhiculée par Blade Runner trouve dans la philosophie de Timothy Morton, adepte du film de Ridley Scott, un admirable écrin. Mais pas de post-humanisme ici. Selon l’Anglais, cela signifierait plutôt prendre conscience de notre fragilité, au point de coopérer avec tous les êtres vivants. L’art contemporain de Paul Chaney, la musique d’Allan Holdsworth, le film Solaris, les poèmes de Percy Shelley nous indiqueraient la voie. Tandis que Darwin, Levinas et Marx éclairent le principe. Bien loin des théories environnementalistes en cours, cette pensée écologique privilégie le global au local, le confus à l’harmonie. Elle s’affranchit du concept même de Nature, pour mieux nous enjoindre à y trouver notre place. Renversant.

Julien Bourbiaux

272 p., 20 €

Articles similaires