Home Best of Chroniques Les Ogres de Barback

Amours grises et colères rouges

Irfan

Cinq ans après avoir soufflé ses 20 bougies, la famille Burguière revient avec 14 nouveaux titres. Cultivant précieusement leur indépendance, ces tauliers de la scène alternative sont toujours à l’écart des modes, mais pas à côté de la plaque. Ce joyeux bazar finement orchestré sert ainsi de sagaces fables sociétales. à l’image de Pas ma haine, inspiré du récit du journaliste Antoine Leiris, dont la femme fut tuée dans l’attentat du Bataclan. Les violons se mêlent aux trompettes, le piano à l’accordéon ou (pour la première fois) aux machines, tandis que nos Ogres s’attaquent au mal du siècle (La Nombrilïte aiguë) ou aux mâles tout court (Pas une femme). Ils n’oublient pourtant pas d’aimer (Il y a ta bouche, avec Magyd Cherfi) et surtout de rire – c’est la politesse du désespoir.

Julien Damien
Articles similaires
Hot Chip, A Bath Full Of Ecstasy