Silence radieux

Guillaume Giovanetti et Çağla Zencirci défendent un cinéma ouvert sur le monde. Récompensé par de nombreux prix, Sibel, leur nouveau film aux allures de western, porte un regard inédit sur la société turque. Il brosse aussi un superbe portrait de femme, révélant une grande actrice : Damla Sönmez.

Les cinéastes se sont distingués par une série de courts-métrages et documentaires, avant de signer Noor (2012). Ce premier format long brisait la frontière entre reportage et fiction en retraçant le combat d’un transgenre pakistanais pour devenir un homme comme les autres. Après Ningen (2015), Guillaume Giovanetti et Çağla Zencirci livrent ici leur oeuvre la plus accomplie. L’histoire ? Sibel vit avec son père et sa soeur dans un village isolé des montagnes bordant la mer noire, en Turquie. Muette, elle communique en sifflant. Tenue à l’écart des siens, elle décide de traquer le loup terrorisant le village et rôdant dans la forêt voisine. C’est ici qu’elle croise Ali, un fugitif considéré comme terroriste. Une relation amoureuse s’ensuit … Damla Sönmez, aux yeux magnétiques, porte le film en incarnant cette mystérieuse héroïne. L’actrice (récompensée par 11 prix d’interprétation) réussit le tour de force de ne prononcer aucun mot durant tout le récit, ne s’exprimant qu’avec ce langage sifflé ancestral. Remarquablement réalisé et photographié, Sibel mêle cinéma d’aventure, western féministe, fable sur le rejet de l’autre et l’émancipation dans une société patriarcale. Coup de cœur !

Grégory Marouzé

De Guillaume Giovanetti et Çağla Zencirci, avec Damla Sönmez, Emin Gürsoy, Erkan Kolçak Köstendil … Sortie le 06.03

Articles similaires
McQueen_(c)Le-Pacte