Home Cinéma Dans la terrible jungle

La vie devant eux

Dans la terrible Jungle (c)Les Acacias film

Située à Loos, la Pépinière accueille des enfants et adultes “déficients visuels ou atteints de troubles neurovisuels”. C’est du moins ce qu’on peut lire sur le site Internet de l’établissement. Ombline Ley et Caroline Capelle y ont surtout rencontré des ados amoureux, et des artistes spontanés.

Dans la découpe des fenêtres, deux filles tentent d’accorder leur danse. Un adolescent combinant les tenues de Batman et de Superman se cache d’arbre en arbre avant de fendre le champ avec détermination. Un autre, regardant vers le ciel, dessine des spirales… Ces gestes et trajectoires nous saisissent dès le début. Plan après plan, ce documentaire, telle une machinerie complexe, révèle des arabesques d’une rare élégance. Sous l’œil des deux cinéastes, qui signent ici leur premier long-métrage, la Pépinière est une île où personne n’est désigné par un handicap. L’enjeu est ailleurs. Non dans le diagnostic, mais dans les formes que prennent ces existences. Plutôt que de réaliser un film “sur”, Caroline Capelle et Ombline Ley ont donc fait un film “avec”. Sans nier la maladie ou les troubles, elles permettent à chacun de s’exprimer. Et de jouer. Quelques figures singulières se détachent, bien sûr. Notamment Ophélie Lefebvre, jeune fille aveugle dont le moindre geste devient rythme, musique. Il faut ainsi l’entendre se brosser les dents ou accompagner le chant d’un ami avec un sac plastique. Plus que la star du film, elle en est la clé. Avec une joie irrésistible, elle nous rappelle que la vie est faite d’élans.

Raphaël Nieuwjaer

Documentaire de Caroline Capelle et Ombline Ley Sortie le 13.02