Nouvelle donne

C'est ça l'amour © Mars Distribution

En plus de trois décennies, ce festival s’est imposé comme un rendez vous majeur du cinéma belge. Entre soirées festives, découvertes ou invités de marque (Hugh Hudson, réalisateur de Greystoke), le public est définitivement conquis. Travelling avant sur une édition pas tout à fait comme les autres.

Ébranlée par des soupçons de harcèlement, la dernière édition du Festival International du Film d’Amour fut annulée. Aujourd’hui, la manifestation se réinvente sous l’impulsion de Maxime Dieu, pour devenir le Festival international du Film de Mons. « Il s’agissait de mettre en avant le nom de la ville », soutient le nouveau délégué général. Désignée capitale européenne de la culture en 2015, désormais en pleine Biennale, la cité du Doudou demeure en effet une ville d’art. En cela, le FIFM veut défendre une « vision d’auteur, un cinéma à la fois exigeant et attractif ». L’amour, évincé du titre, « reste le fil conducteur de la programmation mais, au-delà de la simple idée de “romantisme”, sera exploré sous des angles nouveaux. C’est en effet un thème soulevant des enjeux collectifs et intimes ». A l’image de C’est ça l’amour de Claire Burger (Caméra d’or à Cannes en 2014 avec Party Girl) où Bouli Lanners, dans le rôle du père de famille largué par sa femme, s’occupe seul de deux adolescentes. Parmi les près de 80 films sélectionnés (dont nombre d’inédits), citons aussi Kabullywood de Louis Meunier, soit l’histoire de quatre étudiants qui rénovent un cinéma à Kaboul par amour du 7e art… Peut-on rêver plus belle mise en abyme ?

J. D.

Mons, 15 > 22.02, Imagix, Théâtre Royal, Auditorium Abel Dubois, Palais des Congrès, Business Center d’Imagix, 1 séance : 7 > 4 € (ouverture et clôture : 15 €), pass 20 séances : 30 €, festivaldemons.be

Sélection : 15.02 : Duelles d’Olivier Masset-Depasse (film d’ouverture) // 16.02 : Opening Party // 17.02 : Blind Test Cinéma 20.02 : Soirée Wallonie 22.02 : Closing Party