Home Cinéma L’Incroyable histoire du facteur cheval

Remise en selle

Plus connu en tant qu’acteur que réalisateur, Nils Tavernier (le fils de) s’attaque dans son troisième long-métrage à un monument de l’Art brut – ou naïf, c’est selon. Soit l’histoire extraordinaire d’un homme ordinaire. Mais au fait, qui était Ferdinand Cheval ?

Né en 1836, ce fils de paysans fut boulanger et ouvrier agricole avant de devenir cet employé des Postes farfelu, grand marcheur et rêveur, collectionneur de cailloux bizarroïdes après avoir trébuché dessus un beau jour d’avril 1879. Dès lors, l’homme entreprend de bâtir seul, pendant 33 ans, un édifice fantasque. Exploit ou folie ? Totalisant 12 mètres de haut et 26 autres de long, son “Palais Idéal” est toujours visité, à Hauterives, dans la Drôme. Reconnu officiellement en 1969, le site est protégé et fréquemment restauré, afin de conserver l’œuvre de celui qui n’aura été «ni maçon, ni sculpteur, ni architecte ». Les écrits de Ferdinand Cheval attestent de ses obsessions d’ailleurs (Inde, Chine, Moyen-Orient), entre syncrétisme rêvé et quête spirituelle… Alors, qu’en est-il de ce biopic ? On reprochera surtout à cette libre adaptation sa tendance à surinterpréter le moteur de ce chantier d’une vie : la paternité (quand le bonhomme était peut-être, tout simplement, atteint d’un trouble autistique). D’autre part, Laetitia Casta fait pâle figure à côté d’un Jacques Gamblin habité. On appréciera la photo léchée, mais pas la bande-son paresseuse. Au final, voici un divertissement familial et inoffensif. Pas de quoi s’enfuir au galop…

Selina Aït Karroum
De Nils Tavernier avec Jacques Gamblin, Laetitia Casta Bernard Le Coq… Sortie le 16.01
Articles similaires