Energie fossile

Au Temps du Jurassique
(c) Anaïs-Gadeau Ville de Lille

Le Musée d’histoire naturelle de Lille se refait une petite beauté. Thierry Oudoire, responsable des collections de géologie, nous renvoie près de 150 millions d’années en arrière, Au Temps de Jurassique, titre d’un nouveau parcours permanent riche en surprises ! Entretien avec un spécialiste de notre Terre.

Quel est le but de cette rénovation ? Redonner un sens à toutes nos présentations permanentes consacrées aux sciences de la Terre. Jusque-là, le parcours consistait en un amalgame de plusieurs années, et de plusieurs rénovations successives – qui n’étaient d’ailleurs pas achevées. Il a donc fallu tout reprendre, de manière à homogénéiser l’exposition et son discours. C’était aussi l’ occasion de transformer le rez-de-chaussée, afin d’offrir au public un espace cohérent, beau et surtout intéressant.

Depuis combien de temps ce parcours consacré à la géologie existe-t-il ? Certaines représentations sont installées depuis 1905. Depuis, le site a vécu deux phases de transformation. Une en 2002, lors du centenaire de l’inauguration du musée de géologie, et une seconde en 2012.

Qu’est-ce-que le “temps du Jurassique”, titre d’une de vos nouvelles expositions ? Il nous renvoie près de 150 millions d’années en arrière, dans ce qu’on appelle “l’ère secondaire” (les géologues aiment découper le temps en tranches pour se donner des points de repère). Nous ne nous intéressons ici qu’à un fragment de cette histoire, car nous voulions vraiment permettre au public de découvrir le paysage de leur région à ce moment-là.

(c) MHN Lille

(c) MHN Lille

Est-ce à cette époque que vivaient les dinosaures ? Oui, le Jurassique est aussi appelé l'”ère des reptiles”. Mais ces “grosses bêtes” n’en représentaient en réalité qu’une petite partie, ils en sont une sorte d’emblème. Nous nous attachons ainsi à dévoiler toute la diversité de cette période durant laquelle, par exemple, les Hauts-de-France étaient sous l’eau ! Et dans cette mer vivaient des formes variées, comme de nombreux reptiles pouvant mesurer une vingtaine de mètres de long, mais aussi des crocodiles qui, eux, existaient déjà depuis 400 millions d’années.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus concernant les bouleversements géologiques ? A cette période, la Pangée, regroupant quasiment l’essentiel des terres émergées de la planète, commence à se morceler. Le climat se modifie, des formes de vie apparaissent un peu partout. On retrouve des dinosaures asiatiques, américains, européens. Au final, c’est une période d’évolution lente et progressive du visage du globe.

Que dévoile ce nouveau parcours permanent ? Des fossiles, des reconstitutions à taille réelle, des maquettes, l’illustration de phénomènes géologiques, des films… Nous avons aussi monté une extension interactive, notamment un mapping livrant un nouvel éclairage sur la diversité du Jurassique.

(c) Marion Humblot

(c) Marion Humblot

A quoi sert un fossile ? C’est le reste ou la trace d’un être vivant, soit tout ce qui concerne son activité. Il peut prendre la forme de “rides” sur les plages ou même de crottes. Grâce à eux, nous pouvons comprendre ces animaux, leur milieu, leurs déplacements… Ils offrent aussi une image du climat, nous permettant de reconstituer les paysage de l’époque. Ils sont les témoins de l’évolution, au sens large.

Quelle est l’origine des pièces dévoilées? La quasi totalité de ce que nous exposons est issue de nos propres collections. Ces pièces ont été échantillonnées entre 1870 et 1930 et proviennent majoritairement de la région. Nous comptons aussi quelques ajouts importants d’Allemagne, notamment un premier reste de plume.

(c) Marion Humblot

(c) Marion Humblot

Quelle serait la pièce la plus marquante ? Question difficile, car nous en dévoilons près d’un millier ! Toutefois, il y en a une qui me plaît particulièrement, il s’agit d’une libellule fossilisée. Conserver un fossile reste très compliqué et certains, comme celui-ci, sont tellement fins et en bon état qu’ils ont valeur d’exception. C’est passionnant.

Quel est votre but ? Expliquer au public d’où vient notre monde, cette terre où ils vivent aujourd’hui. Notre discours n’est pas engagé, mais il s’agit aussi de rappeler que nos ressources ne sont pas forcément renouvelables, à travers  l’histoire du charbon, par exemple…

Propos recueillis par Marion Humblot
Informations
03.01.2019lun, mer, jeu & ven : 9 h 30 > 17 h sam & dim : 10 h > 18 h, 3,70 > 2,60 € / gratuit (-12 ans)
Articles similaires