Du rire aux larmes

On connaissait l’humoriste politiquement incorrect (parfois borderline), sa capacité à nous faire rire de tout… pas forcément celle de nous tirer des larmes. Dans ce monologue mis en scène par Dominique Pitoiset, Patrick Timsit ouvre grand Le Livre de ma mère – et son cœur. Récit autobiographique autant qu’ode universelle à l’amour maternel, ce texte d’Albert Cohen (1954) oscille entre le deuil et les souvenirs, la joie et la mélancolie. Au-delà d’une simple lecture, l’inoubliable Quasimodo (d’El Paris) devient ce fils meurtri par la disparition de sa mère, avec une sensibilité qu’on lui devinait déjà – par exemple dans Quelqu’un de bien. Sur scène, il déambule entre un grand bureau et un écran sur lequel sont projetés des films en Super 8 de sa propre enfance. Une dualité qui sied plutôt bien à ce clown (forcément) triste, faisant siens ces mots qu’il incarne : « Et surtout souris, n’oublie pas de sourire. Souris pour escroquer ton désespoir, souris pour continuer de vivre, souris dans ta glace et devant les gens, et même devant cette page ».

J.D.
Informations
Bruxelles, Centre Culturel d'Uccle
11.01.201920h, 55>40€