Le parti d'en rire

© Enlysée

Lancée par des Lillois et des Calaisiens, cette boutique en ligne parodie les produits dérivés du palais présidentiel, en détournant les petites phrases pas toujours heureuses de son pensionnaire. Apolitique, Enlysée taille un joli costard à Emmanuel Macron, tout en défendant une bonne cause.

L’histoire débute lors des journées du patrimoine. L’Elysée lance sa boutique en ligne officielle. Au programme : tricots “perlimpinpin”, “croquignolesque” et autres goodies s’amusant du langage suranné du président français. « On s’est alors dit qu’il avait lâché des trucs vachement plus intéressants », confie Théo, l’initiateur d’Enlysée, qui souhaite rester anonyme (sait-on jamais…). Cette petite entreprise parodie ainsi la charte graphique (« très start-up ») dudit site, et surtout les dérapages verbaux d’Emmanuel Macron  – « c’est notre ghost writer, en quelque sorte ». Sur “la boutique officielle du ruissellement”, on peut par exemple acheter, pour une vingtaine d’euros, un tee-shirt “Gaulois réfractaire” (« notre best-seller »), “Je coûte un pognon de dingue”, un pull “Dernier de cordée” ou un mug “Traverser la rue”, illustré par un passage piéton reliant l’horticulture à la restauration…

(c) Enlysée

(c) Enlysée

Start-up fashion

Derrière ce pastiche, on trouve une quinzaine de potes (graphistes, étudiants, musiciens…). La plupart sont originaires des Hauts-de-France. Concrètement, Enlysée fonctionne avec un atelier parisien, en “drop shipping” : la pièce est fabriquée dès qu’un achat est validé. « Ils sont en flux tendu en ce moment ! A ce propos, on a créé une dizaine d’emplois : ouvriers textile, préparateurs de commande… Pourtant au départ, c’était juste une bonne blague, on n’a jamais pensé que ça prendrait ces proportions ! ». Car aujourd’hui, Enlysée comptabilise près de 6 000 commandes ! Les bénéfices des ventes sont reversés à la Fondation Abbé Pierre ou des associations d’aide aux réfugiés (Salam et L’Auberge des migrants à Calais). « Notre président avait déclaré en 2017 qu’il ne voulait plus voir personne dormir dans la rue ou les bois. On s’est rendu compte qu’il n’y arriverait pas… On a donc décidé de l’aider ! ». Du win-win, comme on dit à la COGIP ! Espérons simplement que notre auteur en herbe ne tombe pas en panne d’inspiration. « Oh pas d’inquiétude, la pléiade Emmanuel Macron est très riche. D’ailleurs, j’y pense, on n’a encore rien fait sur “Notre projet”… », note-t-il pour plus tard. Justement, Théo pense déjà à l’avenir, imaginant décliner le concept en trois ou quatre nouveaux sites, visant d’autres nobles institutions. Pour quand ? Le temps de se mettre… en marche !

Julien Damien

A visiter : enlyseeboutique.fr

Articles similaires
ANTISOCIAL (c) Mike Campau