L’obscur carnaval

Sur la lancée d’une tournée en forme de rétrospective biaisée, mais aussi d’une poignée d’albums réussis, The Residents est de retour. Un événement, tant les prestations de ces quatre énergumènes tiennent davantage du théâtre barré que du concert “classique”. Mais qui sont-ils à la fin ?

C’est vers la fin des sixties, à San Francisco, que ce collectif commence à désosser la pop, l’explosant en éclats de rire démesurés et terreur grimaçante. Au programme : collages obsédants, carnaval inquiétant, reprises cinglées d’Elvis, des Stones ou de James Brown. Et un anonymat conservé durant des décennies derrière costumes (les iconiques globes oculaires en haut-de-forme) ou concepts à tiroirs. Ces 15 premières années de délires indispensables, d’incursions sur des territoires aussi divers que le jazz, l’electronica, les jingles ou l’opéra-bouffe furent suivis de prolongations moins essentielles… Jusqu’à aujourd’hui où le groupe renoue avec le meilleur. En 2017 sort ainsi The Ghost of Hope, sur le thème des grands accidents ferroviaires entre les XIXe et XXe siècles. La tournée qui suit confirme ce réveil, avec ses mélopées de guitares sur des projections vidéo oniriques. Tandis qu’un drame terrible se jouait en coulisse (le cancer dont souffrait Hardy Fox, probable Resident canonique, qui l’a emporté en octobre) sortait le fabuleux Intruders avec son blues hanté et sa théâtralité hypnotique. Les retrouver sur scène, qui (ou quoi) qu’ils soient aujourd’hui, est bien plus qu’une aimable plaisanterie.

Rémi Boiteux
Concert(s)
The Residents
Bruxelles, Botanique

Site internet : http://www.botanique.be

01.02.2019 à 19h3029>23€
Articles similaires