Home News Lille suffoque

Partie trop fine

Selon la plateforme de prévision de la qualité de l’air Prev’air, la ville de Lille a battu un nouveau record en matière de pollution ce vendredi 14 décembre. Le taux de particules très fines (dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres, très dangereuses donc) a en effet atteint les 30 µg/m3, quand le seuil préconisé par l’Organisation mondiale de la santé est fixé à 25 µg/m3. Plus grave, l’OMS recommande fortement de ne pas dépasser cette limite plus de trois fois dans l’année. Or, c’est au moins la 60e fois que la capitale des Flandres la franchit en 2018, selon la station de mesure du quartier de Lille-Fives, située près du périphérique. Les autorités locales ont donc incité les habitants à privilégier les transports en commun, le covoiturage, et les automobilistes à diminuer leur vitesse de 20 km/h. Ces mesures seraient-elles seulement suffisantes ? Ou faudrait-il imiter nos voisins allemands ? Outre-Rhin, en 2017, des ONG avaient en effet porté plainte contre les pouvoirs publics qui ne respectaient pas les normes de pollution, et remporté leur procès, interdisant la circulation des véhicules diesel les plus dangereux. Pour rappel, rien que dans la métropole lilloise, ce fléau serait responsable de 1700 morts par an.

Articles similaires
(c) Passenger Shaming

© Ben Fearnley