Sans filtre

La plus tordue des humoristes françaises continue de nous plier en deux avec son monologue de quadra névrosée. Bonne nuit Blanche, son troisième one-woman-show, est interdit aux moins de 17 ans mais obligatoire pour les “grands” en quête de blagues féroces.

Elle s’avance avec un air de fillette s’apprêtant à lâcher une grosse bêtise. Derrière son micro qu’elle tripote compulsivement, elle s’affiche faussement guindée dans une robe bleu électrique, telle une princesse de conte de fées (divers). Son propos, lui, n’a rien de corseté. Pêle-mêle, elle médite sur les dick pics (ces photos de pénis envoyées comme des fleurs), les doigts des hommes mariés, la misère affective (« c’est très bien #balancetonporc, mais je vous rappelle qu’il y a des gens à qui il n’arrive rien… »). Oui, Blanche pratique l’humour noir, tendance Pierre Desproges ou dépressif façon Louis C.K. (avec qui on lui prête une aventure). Avant de culbuter la cérémonie des Césars, puis celle des Molières (« je suis la seule femme nommée, l’année de l’affaire Weinstein… le jour où j’ai un prix, il n’a aucune valeur »), la native de Suresnes fut une ado suicidaire, exerça la fonction de punk à chien et obtint un DEA de sociologie. Depuis, cette obsédée textuelle révélée par le Jamel Comedy Club parle de sexe sans filtre, balance de charmantes petites monstruosités en souriant. Séduit autant qu’elle choque. Féministe, mais franchement pas consensuelle. Juste une fille du (très) cru.

Julien Damien
Informations
Calais, Le Channel

Site internet : http://www.lechannel.fr

14.11.201820h, complet
Lille, Théâtre Sébastopol

Site internet : http://www.theatre-sebastopol.fr/

21.01.201920h, complet
Articles similaires