Nouvelle vague

Bigarrée, inventive, la “french pop” méritait bien son festival. Les caractéristiques de cette énième “nouvelle scène française” ? Des blases étranges (Vendredi sur Mer, Agar Agar…) et un indéniable sens du patchwork sonore. A l’image de ces quatre noms, ces artistes avancent en regardant à la fois le passé et le futur. Logique, pour une génération qui a grandi avec la dématérialisation de la musique, puisant dans une étagère infinie de disques. étienne Daho peut dormir sur ses deux oreilles – mais Bénabar a du souci à se faire.

Flavien Berger

Flavien Berger est-il à Contre-temps, comme l’annonce son deuxième disque, ou plus simplement le fruit de son époque ? On pencherait plutôt pour la seconde option. Membre du collectif bruxellois Sin, qui fait rimer sons et lumières, ce Parisien s’est lancé dans la musique depuis sa chambre d’adolescent, en détraquant sa Playstation et le fameux jeu Music 2000. Depuis, il triture ses ordinateurs, détournant la pop de son droit chemin, entre punchlines absurdes, BO de films, touches de piano ou… de smartphone. Sur scène, notre gusse ex machina jongle avec ses boutons, trafique sa voix, crée des samples en direct sans jamais se départir d’un bon mot pour le public. Tel un Kraftwerk en short.


Agar Agar

Derrière cet alias fleurant bon le laboratoire (ou la cuisine moléculaire) se cachent deux expérimentateurs sonores. Passés par les Beaux-arts de Cergy, Clara Cappagli et Armand Bultheel usent d’ingrédients disparates pour concocter des tubes entre réel et virtuel, résonances tribales et synthétiques. Au menu ? Italo-disco sous kétamine, techno dada, claviers eighties et boîte à rythmes épileptique. Sur scène, on s’attend à une performance tantôt planante, tantôt dansante, mais jamais gélifiante.


Grand Blanc

Révélé en 2016 par l’impressionnant Mémoires vives, Grand Blanc continue de jouer avec les sons et les mots (usant de paronomases, d’allitérations). Les Messins redonnent sens au terme “variété” en brassant indie-pop, techno, rap, coldwave ou chanson française (avec un clin d’oeil à Françoise Hardy). Dans Image au mur, son deuxième album, le quatuor voyage de Belleville à Los Angeles, laisse entrer la lumière dans ses morceaux et promet un concert en clairobscur, dans une ambiance électrique.


Malik Djoudi

Malik Djoudi a d’abord signé quelques génériques pour le petit écran et la téléréalité – il faut bien manger. Il s’est depuis rattrapé, nous invitant désormais Au cinéma, pour citer l’un de ses hits. Lorgnant vers le bon côté de la chanson française (Michel Berger, Christophe), reconnaissable à son timbre androgyne, le Poitevin pose des textes (faussement) naïfs sur des mélodies électroniques teintées de mélancolies. En somme ? Des riffs en acier sur une voix de velours.

Julien Damien
Concert(s)
Pop Factory #1 : Agar Agar + Flavien Berger + Grand Blanc
Roubaix, La Condition Publique

Site internet : http://www.laconditionpublique.com/

mercredi > dimanche, 14h > 18h

15.11.2018 à 19h3021/17€
Pop Factory #2 : Clara Luciani + Thousand + Paprika Kinski
Roubaix, La Condition Publique

Site internet : http://www.laconditionpublique.com/

mercredi > dimanche, 14h > 18h

16.11.2018 à 19h3021/17€
Pop Factory #3 : The Pirouettes + Vendredi Sur Mer + Malik Djoudi + Chaton
Roubaix, La Condition Publique

Site internet : http://www.laconditionpublique.com/

mercredi > dimanche, 14h > 18h

17.11.2018 à 19h3021/17€

Programme : 15.11 : Flavien Berger + Agar Agar + Grand Blanc // 16.11 : Clara Luciani + Thousand + Paprika Kinski // 17.11 : The Pirouettes + Vendredi sur Mer + Malik Djoudi + Chaton