Le Grand art

(Le Tripode)

D’Alexandra David-Néel, on connaît l’aventurière intrépide, l’écrivaine, l’exploratrice solitaire aux confins d’une Asie encore secrète à l’époque (les années 1920), où les femmes sortaient rarement de leur cuisine. C’est tout à l’honneur du Tripode de lever le voile sur sa première vie de chanteuse lyrique, tout aussi rocambolesque, à travers la publication d’un roman inédit, Le Grand art. Présenté comme un journal intime, ce texte en partie autobiographique raconte les vicissitudes de Cécile Raynaud, jeune comédienne et chanteuse d’opéra passionnée par son art, mais en proie à la dureté de sa condition. Femme sans protection parmi mille autres, elle dépend du bon vouloir et du désir des hommes pour gagner sa place sur scène. Mais le rideau de velours dissimule mal une société misogyne et cupide, où règnent honte et solitude. à travers son avatar, la Franco-Belge porte un regard acéré et nostalgique sur ce monde d’illusions auquel elle a voulu appartenir. Dans ce roman poétique et charnel, sourd pourtant la beauté du geste que Cécile continue de poursuivre. Les épiphanies sont d’autant plus grandes qu’elles sont rares.

Sarah Elghazi

400 p., 23 €

Articles similaires