Safe in the Hands of Love

(Warp / Boogie Drugstore)

Années 2010 : les freaks sortent des souterrains pour affronter la lumière. Et Yves Tumor de prendre, avec son premier album chez Warp, la suite des Ariel Pink, Dean Blunt ou King Krule. Sans rien renier de la nature labyrinthique de ses efforts passés, le comparse de Mykki Blanco trouve dans Safe in the Hands of Love un paradoxal équilibre. Les atmosphères bifurquent, poisseuses puis extatiques, tortueuses puis évidentes, et le groove reste. Du début à la fin, qu’il aligne de véritables tubes (Noid, Licking an Orchid) ou invente les crossovers du futur (Economy of Freedom, Hope in Suffering), Tumor joue les funambules sur un fil cérébral et sensuel. Aussi humide que le R’n’B le plus moite, aussi tranchant que la pop la plus savante : n’ayez pas peur de ce très grand disque.

Rémi Boiteux