Home Cinéma The House that Jack Built

Dur au mal

Lars von Trier est un cinéaste malicieux. Narquois, roublard, ironique, et aussi profondément préoccupé par “le Mal”. Dans son nouveau film, celui-ci a le visage de Matt Dillon, un tueur en série qui, cheminant vers les enfers, raconte cinq de ses crimes. D’abord hasardeux et impulsifs, mais aussi teintés d’un humour assez irrésistible, ces meurtres nécessitent une élaboration de plus en plus complexe. L’ambition du cinéaste n’est pas de dresser ici le portrait réaliste d’un psychopathe. Il chatouille notre part la plus sombre, considérée en dernière instance comme moteur de l’Humanité. Grandiloquent, parfois confus, The House that Jack Built ne s’appréhende pas comme une leçon, mais comme un conte c’est-à-dire une initiation à la terreur.

Raphaël Nieuwjaer

De Lars von Trier, avec Matt Dillon, Bruno Ganz, Uma Thurman…
Sortie le 17.10


Articles similaires
© Jour2Fête