Move Through the Dawn

(Ignition Records / Pias)

Même en mode expé, Distance Inbetween (2016) n’arrivait pas à la cheville de The Invisible Invasion (2005). Après ces quelques atermoiements, les cinq de Liverpool retrouvent la grâce de Roots & Echoes (2007), voire de Butterfly House (2010), leur meilleur album. Leur grand classique aussi. Derrière cette hideuse pochette “Japanfriendly”, se cachent quelques pépites évoquant The Beach Boys période Holland, The Byrds première période ou… The Coral, tout simplement. Signalons un chef-d’oeuvre dont James Skelly a le secret (Eyes of The Moon). Après 18 ans de carrière, jamais reconnus à leur juste valeur, ces Anglais plein de foi n’ont pas jeté l’éponge, comblant les vieux fidèles comme les récents convertis. Admirable.

Thibaut Allemand
Articles similaires