Comment j’ai fait 100 films sans jamais perdre un centime

Capricci

La liste des gens qu’il a découverts est si impressionnante qu’elle pourrait bien recouvrir son œuvre elle même. De Jack Nicholson à James Cameron, de Martin Scorsese à Francis Ford Coppola, l’”Université Corman du cinéma” a formé quelques réalisateurs et acteurs parmi les plus importants de ces 50 dernières années. La méthode était simple : offrir à de jeunes enragés l’occasion de grimper rapidement les échelons, jusqu’à tourner un premier long-métrage à budget limité. Dans ces mémoires au rythme haletant, le signataire de The Intruder revient bien sûr sur toutes ces rencontres. Mais Corman fut aussi un précurseur, devançant par exemple Easy Rider avec Les Anges sauvages et The Trip. Inflexible sur la gestion des fonds, il était capable de remplacer un cascadeur au pied levé ou de tourner au milieu de Hells Angels déchaînés. Précis, hilarant aussi, Comment j’ai fait 100 films… se referme avec une pointe de mélancolie. Comme le dit Demme dans un des témoignages ponctuant le livre : « Roger Corman est sans conteste le plus grand réalisateur indépendant que l’industrie hollywoodienne ait jamais connu et qu’elle ne connaîtra jamais plus ».

Raphaël Nieuwjaer

416 p., 22 €.

Articles similaires