Home Musique Dionne Warwick

La féline

Le saviez-vous ? Dionne Warwick est la cousine de Whitney Houston. Et c’est loin d’être le plus important. Incarnation d’une certaine idée de la pop (classe, sophistiquée, tirée à quatre épingles mais toujours émouvante) la diva annonce une apparition. Question : arrive-t-on trop tard ?

Dionne a beau se prononcer “daïone”, on lit toujours un peu “lionne”. Certes, c’est du Lacan de bazar. N’empêche qu’il y a du félin chez cette femme, depuis les traits fins et le visage anguleux jusqu’au timbre parfaitement posé. Des grandes voix, la soul et la pop en ont beaucoup compté : Aretha, Diana, Tina… Mais le souffle de Dionne nous aura caressé l’échine plus qu’aucune autre. Précisons que l’on parle bien de l’âge d’or de l’Américaine, la courte décennie 1962-1971, qui la vit immortaliser les merveilles signées du tandem Burt Bacharach / Hal David. Des exemples ? Don’t Make me Over, Walk on By, Wishin’ and Hopin’, I Say a Little Prayer for You, I’ll Never Fall in Love Again, The Look of Love… Des standards à la croisée des avenues soul, pop, bossa nova et jazz. Des tubes vêtus de costards blancs et de robes fuseaux. Une certaine idée de l’élégance. La suite sera plus délicate, Dionne suivant les tendances du moment (la soul sirupeuse des eighties…) qui ne rend pas justice à son talent. Aujourd’hui, cette dame de 77 printemps n’a plus la gorge de jadis et possède la fâcheuse tendance à résumer les chefs-d’oeuvre précités en un medley trop vite expédié. Pourtant, que serait-elle sans eux ?

Thibaut Allemand
Concert(s)
Dionne Warwick
Ostende, Kursaal

Site internet : http://www.kursaaloostende.be

27.09.2018 à 20h0069.50 > 49.50 €
Articles similaires
©Netflix