Frédéric Rébéna

(Rue de Sèvres)

« Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse ». Vous avez sans doute reconnu le bel incipit de Bonjour tristesse… absent de cette infidèle adaptation BD. Est-ce grave ? Non, car elle n’en trahit pas la trame. Orpheline de mère, Cécile, 17 ans, passe l’été au bord de la grande bleue avec son père et sa jeune maîtresse. Débarque Anne, une vieille amie de la famille décidée à remettre de l’ordre dans ce ménage. Jouant avec les émotions de chacun, l’ado tente de se débarrasser de l’intruse. Débute alors un ballet malsain sous le soleil écrasant, parfaitement traduit par le jeu d’ombre et de lumière, la palette pop art et le trait noir de Rébéna, tranchant comme la cruauté du “charmant petit monstre”.

J. Damien

96 p., 18 €.