Cadre naturel

Non, les gens en maillot de bain ne sont pas (forcément) superficiels, pour reprendre un titre de film. En attestent les photographies d’Annelie Vandendael. Joyeux et colorés, drôles et sensuels, ces clichés sont à rebours des codes de la mode, défiant le diktat de la perfection érigé sur papier glacé. « J’ai entamé ce travail il y a quelques années. À ce moment-là, dans beaucoup de magazines, les filles devaient être parfaites, belles ou minces, explique la diplômée de l’Académie royale des beaux-arts de Gand. Je déteste les images trop retouchées ! Pour ma part, je dévoile la vraie beauté des gens, y compris leurs défauts. C’est ce qui les rend uniques ». Ce n’est ainsi pas sans ironie que la Belge (dont le premier client fut un certain Paul Smith) a baptisé cette série Sois belle, invitant le sexe dit faible à détourner une fâcheuse injonction… « Et surtout, ne te tais pas ! ». L’artiste dépeint « l’être humain comme un élément naturel plutôt qu’un objet ». D’où la présence de cette faune hétéroclite, entrant parfois en symbiose avec nos bipèdes dénudés. Pour obtenir cette esthétique surannée, la trentenaire privilégie l’argentique et ne se sépare jamais de son Hasselblad. Magnifiées au centre d’astucieuses compositions, ces jeunes femmes (« des copines de voyage ») jouent aussi à cache-cache avec le spectateur, ayant toutes la bobine dissimulée : ici derrière un flamant rose, là un mégaphone… « Le corps parle de lui-même, les visages sont inutiles. Les personnalités se révèlent grâce aux poses, paysages ou couleurs ». Sans artifices donc, mais pas mal d’éclat.

A LIRE AUSSI : L’INTERVIEW DE L’ARTISTE

Julien Damien
Articles similaires