7

(Bella Union / PIAS)
Beach House, 7

Comment se renouveler sans rien perdre de sa singularité ? Au moment d’enrichir leur “dream pop”, malgré l’accélération du rythme des sorties et des tournées, Victoria Legrand et Alex Scally se sont posé des questions essentielles : « faut-il vraiment composer avec la scène en ligne de mire ? », « combien de couches de guitares et de claviers un bon album de shoegaze nécessite-t-il ? ». À l’image du titre de ce septième opus, le duo de Baltimore a choisi, non pas la simplicité, mais l’évidence. Ici, la voix spectrale de Legrand atterrit sur des nappes synthétiques, et rehaussées par les cordes sensibles de Scally. 7 est aussi traversé par la figure de la femme et sa nécessaire prise de parole (L’Inconnue). Un thème bien réel, mais abordé comme à-peu-près tout chez eux : en rêvant.

Mathieu Dauchy
Articles similaires
Boy Azooga, 1, 2, Kung Fu!