Le mâle du siècle

© Pascal Chantier / 2017 Europacorp / France 3 Cinéma

Derrière le titre, on devine comme un malaise. Cette adaptation d’un roman de David Foenkinos illustre avec légèreté une douleur somme toute moderne. Ou comment un mal de dos peut en cacher un autre, plus existentiel, entre crise d’angoisse et perte totale de contrôle de soi.

Las de courber l’échine, Éric Elmosnino est parfait dans ce rôle d’architecte aux fondations ébranlées. Un père de famille et gentil gars un peu naïf, qui a pris l’habitude de se laisser marcher sur les pieds, au travail comme à la maison. Pris en étau entre une épouse castratrice, un collègue qui le harcèle, les reproches de ses parents ou de ses enfants, le voilà victime d’un mal de dos dont la cause semble être psychologique. Alors, il est temps pour lui de régler ses comptes avec son entourage… Heureusement, le meilleur pote (Ary Abittan), dentiste, est là pour recueillir la parole, tandis que sa petite amie s’évertue à peindre des cavités buccales dignes de tableaux de Bacon. Entre crise d’adolescence tardive et faux burn-out, syndrome de Peter Pan et juvénilité pas toujours finaude, la forme se révèle toutefois plus subtile. Les phrases sont elliptiques et le langage parfois absurde. C’est le monologue d’un hypocondriaque que déverse cet anti-héros “woody-allenien”, si caractéristique du cinéma de Jean-Pierre Améris (Les émotifs anonymes, 2010). Il s’agit pour lui de s’exprimer et retrouver une virilité perdue en route. Alors, exit les abus de pouvoir ! Notre quinquagénaire est bien décidé à redresser la barre, et la colonne vertébrale avec.

Selina Aït Karroum

De Jean-Pierre Améris, avec Eric Elmosnino, Judith El Zein, Ary Abittan, Alice Pol, François Berléand… En salle