Mortel ennui

En 1991, Michel Houellebecq questionnait à travers Rester Vivant – Méthode le rôle de l’artiste dans une société devenue totalement aseptisée. Ironie du sort, plus de 25 ans après, son essai est adapté en un documentaire aussi glacial et snob que ladite société dénoncée. Remboursez !

Maintes fois adapté (au théâtre, au cinéma, en BD…) Houellebecq fait donc l’objet d’un documentaire… pour le moins surprenant. Le romancier et essayiste n’y campe en effet qu’un rôle des plus secondaires, le chef d’orchestre étant ici Iggy Pop. À travers ses propres expériences de rockstar et la prose du romancier français, “l’iguane” narre les tribulations et rôles des artistes d’aujourd’hui et de demain. Problème : le résultat s’avère aussi pédant que soporifique. De son timbre rocailleux, Iggy Pop, tantôt simple voix-off, tantôt face à l’objectif, aligne les poncifs avec une nonchalance désespérante (« un poète mort n’écrit plus, d’où l’importance de rester vivant »). Inexorablement, il provoque la somnolence du spectateur, dressant des portraits de créateurs qui se suivent et se ressemblent. Au milieu de ce marasme se dégage pourtant un profil intéressant : celui d’une jeune schizophrène, poétesse de rue, à jamais meurtrie par la mort de sa soeur jumelle alors qu’elle était nourrisson. Quand la caméra s’attarde sur elle, l’émotion prend le dessus, à mille lieues de l’emphase du reste de l’oeuvre. à se demander pourquoi le film ne lui a pas été entièrement consacré !

Mélissa Chevreuil

Documentaire de Reinier Van Brummelen et Erik Lieshout, avec Iggy Pop et Michel Houellebecq. Sortie le 11.04

Articles similaires