Poubelle la ville

Indispensables petites mains de nos grandes villes, les agents d’entretien municipaux ne sont pas forcément considérés à leur juste valeur. L’artiste Jonathan Pauwels, aka Jaune, propulse ces “invisibles” en héros de saynètes irrévérencieuses. Ses pochoirs ne rendent pas nos rues plus propres, non, mais fichtrement plus drôles ! Rencontre dans son atelier mal rangé, à Bruxelles.

Bruxelles, commune de Saint- Gilles, par un froid matin de mars. Bonnet vissé sur la tête, petites lunettes rondes et cigarette (qui fait rigoler) au bec, Jaune nous reçoit dans son vaste atelier, partagé avec un couturier, des vidéastes, un restaurateur de vélos… « Bienvenue dans ma favela ! Bon, ne faites pas attention, c’est toujours le bazar… ». Logique. Ici, les agents d’entretien se la coulent douce, trop occupés à cloper ou picoler, à jouer aux quilles avec des pneus ou se bastonner façon village gaulois dans Astérix. À sa décharge, cette bande de fainéants assure depuis 2011 un joli succès à notre hôte. L’artiste belge s’est rendu célèbre en envahissant les rues de la planète avec ses “p’tits gars” de 35 cm de haut. Stavanger, Norvège, 2016Ses discrètes mises en scène ou grandes fresques sont visibles des États-Unis à l’écosse, en passant par l’Italie, le Portugal et, surtout… Ostende. « Oui, c’est sans doute la ville où on trouve le plus de mes créations, grâce au festival The Chrystal Ship dont je suis un peu la mascotte ». Ses pochoirs représentent essentiellement des éboueurs, héros de scénarios barrés, et franchement hilarants : ici planqués derrière un mur et armés de battes de baseball, là s’oubliant discrètement sur le bord d’une fenêtre – oui, c’est du propre !

Hommes invisibles

Comment Jonathan Pauwels a-t-il eu cette brillante idée ? De sa propre expérience. « Durant mes études de graphisme à Saint-Luc, je travaillais en parallèle comme balayeur à Bruxelles. J’ai découvert la condition de ces ouvriers, raconte le trentenaire (qui doit son blase à un ami grenoblois incapable de prononcer “John” correctement). Ils ont beau être habillés en fluo, ils sont invisibles, personne ne les calcule alors que sans eux on croulerait sous nos propres déchets ! Je me suis vite rendu compte du poids métaphorique de ce personnage ». S’agit-il de rendre hommage à ces travailleurs de l’ombre ? «Oui, mais chez moi, ils ne bossent pas ! Quitte à faire partie du décor, autant en profiter pour déconner, non ? Tout le décalage vient de là : ils sont supposés nettoyer le monde mais provoquent le chaos. Dans le même genre, j’ai aussi dessiné des policiers ouvrant des bières avec leurs flingues, des militaires armés de pistolets à eau. Et si je devais réaliser une série sur les pompiers, ils provoqueraient des incendies pour allumer un barbecue, voyez ? ». Parfaitement. Voilà une belle ode au désordre, à l’oisiveté « et même une glorification de la paresse, dans un monde où il faut toujours produire plus ».

Jeux de mots

(c) JauneConcrètement, Jaune utilise une technique semblable à celle de Banksy, qui l’a beaucoup influencé. Ses pochoirs sont conçus d’après photos (de ses potes ou de véritables agents, car « il y en a toujours un en train de glander »), puis dessinés à la tablette graphique avant d’être imprimés et découpés. Le Bruxellois a ainsi façonné près de 150 personnages, figés dans des postures précises. « Je considère mon travail comme un exercice d’écriture. Chacun de ces bonshommes est un mot, adoptant une position unique. Je les ai classés en plusieurs catégories : il y a ceux qui se battent, picolent, transportent des choses, ceux qui interagissent avec la ville, escaladent, sautent… Il y a des tas de combinaisons possibles. Je parviens à raconter beaucoup d’histoires avec un vocabulaire restreint ». Le Belge a aussi créé moult éléments de décors (des bancs, des poteaux électriques, des arrêts de bus…) mais laisse libre cours à son imagination en jouant avec le mobilier urbain : gouttières, transformateurs ou plaques d’égout… tout est bon pour s’amuser ! Question petit mec impertinent, le Manneken-Pis peut aller se rhabiller – ce qu’il fait souvent d’ailleurs…

Julien Damien
Articles similaires
PENALTY - Europe - 633 marine debris footballs (and pieces of) collected from 23 countries & islands within Europe, from 104 different beaches and by 62 members of the public in just 4 months.