Lettres modernes

Gael Faye (c) Chris Schwagga

Sacré “Révélation scène de l’année” lors des Victoires de la Musique, Gaël Faye pose un nouveau trophée sur sa cheminée, à côté du prix Goncourt des lycéens reçu pour son roman, Petit pays. Si ces succès lui ont ouvert les portes d’un large public, il avait déjà marqué les esprits. Né en 1982 au Burundi, ce Franco-Rwandais a fui la guerre civile pour s’installer en France en 1995. Il travailla un temps pour un fonds d’investissement à Londres avant de tout plaquer pour la musique, déployant son flow lettré dès 2009 en duo (au sein de Milk Coffee and Sugar) puis en solo avec Pili Pili sur un croissant au beurre (2013). Entretien avec l’une des fines plumes du rap français.

Comment définiriez-vous votre musique ? Je dirais créole, dans le sens où elle est hybride. Je viens du hip-hop, cette culture m’a appris à créer avec rien et fait la part belle au collectif. Sinon, je suis au carrefour de nombreux courants : africains, chanson française, jazz… Bref, ma musique n’a pas de frontière.

Est-ce le rap qui vous a poussé à écrire ? Oui et non. J’ai débuté en composant des poèmes. Le rap n’est qu’une autre forme d’écriture. Il m’a surtout confronté à l’oralité, à vivre la musique en engageant son corps. Le rap est comme un sport : un milieu compétitif où l’on essaie de se dépasser, autorisant un renouvellement permanent. C’est une bonne école.

Vos morceaux se distinguent aussi par leur dimension narrative, n’est-ce pas ? Oui, en écrivant, je cherche à parler du monde en m’appuyant sur mon expérience. C’est un cheminement intérieur, quasiment une quête mystique. Au début, mon histoire – ce gamin débarquant seul en France à l’âge de Gael Faye (c) Chris Schwagga13 ans – n’intéressait pas grand-monde… En recevant le prix Goncourt des lycéens, je me suis dit : “ça y est, j’ai enfin réussi à trouver les mots“.

Et pourtant, ce n’est pas votre vie que vous racontez dans ce livre… Non, mais c’est par le biais de la fiction que l’on parvient à toucher les autres. J’évoque des sujets personnels sans me mettre en avant. C’est un jeu d’équilibriste, et tout l’intérêt du travail d’artiste. Parler du monde, c’est d’abord savoir bien parler de soi.

Vous travaillez actuellement sur votre second album ? Oui, toujours avec Guillaume Poncelet. Il sortira cet automne. Il s’agit d’une recherche sur la langue, très musicale, mais ce ne sera pas un disque conceptuel. Dans mon dernier projet, l’EP Rythmes et botanique, j’ai esquissé un travail avec des teintes électroniques. Je poursuis dans cette direction, sans négliger la partie acoustique car je tiens au caractère organique de la musique.

Quel est votre rapport à la scène ? Vos prestations sont souvent très théâtrales… Oui, mais ce n’est pas travaillé, je n’ai pas de chorégraphe. Pourtant, il m’importe de rendre chaque prestation unique. Je considère la scène comme un ring de boxe d’où il faut sortir épuisé… Maintenant, on se débrouille comme on peut ! Je mesure 1,93 m, je suis mince… alors comment bouger tout cela ?! (rires)

Quel répertoire interprétez-vous lors de cette nouvelle tournée ? Il y a des titres issus de l’EP Rythmes et botanique, de Pili Pili sur un croissant au beurre et des extraits du nouvel album. L’expérience m’a appris qu’une chanson se révèle sur scène. Je veux donc les tester en live, les adapter si nécessaire…

Envisagez-vous un nouveau livre ? Oui, j’y travaille et celui-ci parlera de musique. Mais ce n’est pour l’instant pas ma priorité. J’accompagne encore Petit pays. Il poursuit son chemin à l’étranger et une adaptation au cinéma est en cours. Il s’agit d’une production française, le tournage devrait débuter en fin d’année au Rwanda, mais je ne peux pas en dire plus…

Propos recueillis par Julien Damien
Concert(s)
Gaël Faye
Tourcoing, Théâtre L'Idéal

Site internet : http://www.theatredunord.fr/

19.04.2018 à 20h0021€>Gratuit (-18 ans)
Gaël Faye
Beauvais, L'Ouvre-Boîte

Site internet : http://www.asca-asso.com/

20.04.2018 à 20h3018>13€
Gaël Faye (Les Nuits)
Bruxelles, Botanique/Orangerie

Site internet : http://www.botanique.be

03.05.2018 à 19h30Complet

À écouter : Rythmes et botanique, Pili Pili sur un croissant au beurre

À lire : Petit pays (Grasset), 224 p., 18 €

À visiter : www.gaelfaye.com

Articles similaires
BLUE EMINEM. White EL Wire on Blue Fluorescent Acrylic 
70 cm x 45 cm

Connected with EL Inverter Power Source. Hong Kong, December 2017.