Le Kov

(Heavenly / PIAS)

Voici trois ans, l’ex-Pipettes Gwenno Saunders signait Y Dydd Olaf, disque étrange et insulaire marqué par la magie de Broadcast. Elle y chantait en gallois, sa langue maternelle. Son deuxième essai, lui, s’empare de sa langue paternelle : le cornique. Ce vocable, quasiment disparu, est usité en Cornouailles, au sud-ouest de la Grande-Bretagne. L’influence de la regrettée Trish Keenan est moins présente et, pour tout dire, l’effet de surprise est moindre. N’empêche, Gwenno livre un album singulier qui, on le sait, ne conquerra pas les charts. Qu’importe. Profondément personnel et intimiste, cette oeuvre ne s’offre pas à la première écoute. Il faut y revenir, encore et encore, pour en saisir tout le charme et tenter d’en percer les secrets.

Thibaut Allemand