Loyal canin

© Jo Voets - Umedia - Single Man Productions

Samuel Benchetrit adapte lui-même son roman Chien au cinéma. Comme il aurait eu tort de s’en priver ! Plus qu’une énième fable métaphorique, son film est une véritable odyssée sur la condition humaine, rondement menée par le touchant Vincent Macaigne.

Jacques est l’archétype du loser. Coup sur coup, il perd sa femme, son logement puis son travail de vendeur dans un fourre-tout discount. N’ayant pas les moyens de vivre éternellement dans un motel, il se retrouve à la rue. Jusqu’au jour où le bourru patron d’une animalerie propose de l’accueillir. Du moins, si notre héros accepte de se comporter comme… un chien. Débute alors un étrange chemin de croix pour Jacques, qui perd un peu plus d’humanité à chaque nouvelle humiliation. Précisons les choses d’emblée : Chien n’est pas taillé pour plaire au plus grand nombre. Ce film est truffé de (trop ?) nombreux plans contemplatifs et d’une palanquée d’allégories. Les spectateurs qui privilégient le récit à la métaphore existentielle botteront à coup sûr en touche. Tans pis pour eux. Référence évidente à La Métamorphose de Franz Kafka, cette oeuvre décrit avec subtilité la longue descente aux enfers d’un homme. Dénué de toute attention, il assume le statut d’un animal à quatre pattes. Cette réussite doit beaucoup à l’ultrasensible Vincent Macaigne, parangon de bienveillance devenant littéralement inhumain. Cela sent la nomination aux César 2019 à plein nez, et ce n’est pas pour nous déplaire.

Mélissa Chevreuil

De Samuel Benchetrit, avec Vincent Macaigne, Bouli Lanners, Vanessa Paradis… Sortie le 14.03

Articles similaires