Dans la tête du créateur

Faut-il encore présenter Jean-Paul Lespagnard ? Longtemps étiqueté “petit jeune qui monte”, le créateur belge (à qui nous consacrions un portrait en 2011) coud désormais dans la cour des grands. La preuve : c’est en lui offrant une exposition sur trois niveaux que le Musée du costume et de la dentelle de Bruxelles célèbre ses 40 ans, et se mue en un “Musée mode et dentelle” plus contemporain.

Deux prix au festival d’Hyères en 2008, une place dans le calendrier de la fashion week parisienne, une exposition aux Galeries Lafayette en 2014… Pas de doute, Jean-Paul Lespagnard s’exporte bien en terres hexagonales. Pour autant, il n’a pas oublié le pays d’où il vient. « Je suis resté un fidèle du Musée de la mode de Bruxelles, en tant que visiteur. J’aime le fait que les pièces exposées aient été portées par de vrais gens ». Le voilà désormais de l’autre côté de la barrière, commissaire d’une exposition dédiée à son propre travail, et baptisée Reflection. Pas comme l’indique le Larousse donc, plutôt comme le terme anglais renvoyant au reflet – en l’occurrence celui des vitrines – ici recherché par une scénographie de fonds noirs et miroirs. Ou comme la réflexion d’un artiste sur son propre processus créatif

Cabinet de curiosités©MMED MIKO MIKO STUDIO

Focalisé sur les sources d’inspiration de l’excentrique styliste, le premier niveau fait la part belle aux oeuvres des autres. « On y trouve des pièces de Jan Fabre ou de Wim Delvoye dont j’admire le travail depuis toujours », explique Jean-Paul Lespagnard. Les réalisations des maîtres rencontrent bibelots insolites et objets personnels (une médaille de Prince Carnaval ayant appartenu à son oncle, par exemple), dans un foisonnement assumé. « On n’allait pas donner d’emblée toutes les clefs », note le Liégeois, malicieux. Le Cluedo artistique se poursuit au second niveau, face à une vingtaine de silhouettes de mode, accessoires ou costumes de danse. Mélange osé d’imprimés, touches d’exotisme ludiques, l’oeil averti y reconnaîtra le style Lespagnard, le néophyte des similitudes frappantes avec l’étage inférieur.

Eh bien créez, maintenant !

La dernière étape de l’ascension dans le cerveau du créateur est aussi la plus concrète : pénétrant dans un “laboratoire”, le visiteur est invité à imaginer un motif de foulard, et à le partager sur les réseaux sociaux. Avec Jean-Paul, le musée bruxellois « plutôt classique » se tourne résolument vers la modernité. L’éternel “petit jeune” s’amuse d’ailleurs de son image, et de cette seconde collaboration avec une institution à l’occasion de “la crise de la quarantaine”. Lui-même passera le cap dans deux ans. Qui sait ce que cela lui inspirera…

RETROUVEZ L’INTERVIEW DE JEAN-PAUL LESPAGNARD ICI

Jean-Paul Lespagnard © Musée mode et dentelle

Marine Durand
Informations
Bruxelles, Musée mode et dentelle
21.10.2017>15.04.2018mar > dim : 10 h > 17 h, 8 > 4 € / gratuit (-18 ans)
Articles similaires