Mon oncle, ce héros

C’est l’un des grands génies du xxe siècle. Le Britannique Alan Turing (1912-1954) est considéré comme le père de l’informatique. Durant la Seconde Guerre mondiale, il travailla à Bletchley Park, en Angleterre. Au sein de ce centre secret, il parvint à “casser” la machine de cryptage des nazis en inventant un “supercalculateur”. Comme Oscar Wilde, il fut pourtant condamné par la justice anglaise pour “indécence manifeste” – autant dire pour son homosexualité. Castré chimiquement en 1952, il se suicida deux ans plus tard, en croquant une pomme trempée dans le cyanure. Son neveu, Sir Dermot Turing, consacre désormais sa vie à réhabiliter la mémoire de cet homme longtemps oublié. Rencontre, en marge de l’exposition Top Secret !

Quelle est l’importance d’Alan Turing dans l’histoire de l’informatique ? Il en est l’une des superstars (rires) ! Dernièrement, nous nous sommes intéressés au travail de décryptage qu’il a réalisé à Bletchley Park. Mais tout cela a occulté son rôle dans la naissance de l’ordinateur, entrepris bien avant la Seconde Guerre mondiale.

Qu’a t-il fait concrètement ? Juste après le conflit, le gouvernement lui a demandé d’élaborer un programme mathématique pour calculer la trajectoire des missiles – eh oui, c’est surtout à cela que servait l’informatique à l’époque ! Alan Turing a réalisé les plans de cette machine. Il a fallu 15 ans pour la construire. Mais il a bien été le premier à concevoir, réaliser et programmer un ordinateur.

Quelle fut son importance durant la Seconde Guerre mondiale ? Je pense que son rôle fut un peu exagéré, mais néanmoins déterminant dans la résolution du problème Enigma. Ce sont ses plans de “la Bombe” (ndlr : le nom de la machine qu’il avait créée pour contrer Enigma) qui ont aidé les décrypteurs à comprendre les réglages du système allemand. Mais cette tâche s’est achevée à peu près au moment de la fin de la drôle de guerre (ndlr : de septembre 1939 à mai 1940).

Qu’a-t-il fait ensuite ? Il s’est intéressé au codage de la voix afin de permettre aux alliés de passer des appels téléphoniques secrets. J’estime qu’à l’époque durant laquelle Bletchley Park a le plus contribué à gagner la guerre, lui n’était déjà plus là.

Comment expliquer qu’il fut à ce point oublié ? Simplement parce que Bletchley Park devait rester secret. Ce n’est que 30 ans après la fin de la guerre que de petites bribes d’informations ont filtré. Et c’est en partie à cause du responsable du service des renseignements français, le général Gustave Bertrand. Dans ses mémoires publiées en1972, il évoque en effet Enigma…

Pourquoi son pays fit-il preuve d’une telle inhumanité à son encontre ? A cause des lois de l’époque, effectivement dures à l’encontre des homosexuels. Elles ont été appliquées à Alan Turing car tout le monde ignorait alors l’importance de ses travaux. Comme il lui fallait éviter la prison, il a donc accepté un traitement hormonal. Celui-ci était supposé le “sauver” de sa sexualité. La vraie responsable, pour moi, c’est la folie des psychiatres. Je ne pense pas que l’Etat soit directement impliqué dans sa mort.

Etait-il un génie ? C’est une question difficile, je ne l’ai pas connu… Les gens qui ont travaillé avec lui l’affirmeraient certainement. Je pense qu’il voyait des choses que peu était capable de voir. C’était un homme comme les autres, mais avec un regard différent.

A LIRE AUSSI : TOP SECRET !, L’EXPOSITION QUI VOUS REVELE LES MYSTERES DE LA CRYPTOGRAPHIE

Propos recueillis par Julien Damien

A lire / Alan Turing Decoded (Pitkin Publishing), de Sir Dermot Turing, 320 p., 23 €
A visiter / Bletchley Park (à Bletchley), tous les jours : 9 h 30 > 16 h, 17,75 > 10,50 £ / gratuit (-12 ans), bletchleypark.org.uk

Articles similaires