Home Exposition Rodin, Brancusi, Carl Andre… Le socle

Autel particulier

Le MUba se penche sur la place du socle dans la sculpture, interrogeant ainsi sa relation à l’espace et au regard du spectateur. Originale, cette exposition instaure un dialogue entre trois des plus grands artistes de l’Histoire. Alors mettons-nous à pied d’oeuvre !

« Rodin fut le premier à descendre la sculpture de son piédestal », indique Evelyne-Dorothée Allemand, la directrice du MUba. C’était à la fin du XIXe siècle, avec Les Bourgeois de Calais. Symbolisant le sacrifice de six notables de la ville, alors aux mains des Anglais en 1347, ce groupe statuaire « fondé sur l’expression de leur souffrance individuelle » aurait-il la même force s’il n’était pas présenté à hauteur d’hommes ? Accueilli par deux de ces “martyrs de la patrie“, le visiteur a ainsi tout loisir de s’interroger sur le rôle du socle. Comme Brancusi, qui en fit lui un sujet à part entière, les empilant pour composer, notamment, sa fameuse Colonne sans fin comme le montre ce film. Carl Andre s’inspira du travail du Roumain pour ses créations minimalistes, tel cet assemblage de parallélépipèdes en bois posés à même le plancher. Longtemps utilisé pour sacraliser les grands hommes de l’Histoire, ce support fait désormais corps avec la pièce qu’il est censé élever. à l’image des minuscules têtes de Giacometti reposant sur des socles vingt fois plus gros ! « Ce rapport d’échelle disproportionné donne toute sa monumentalité à l’oeuvre », commente Anne-Maya Guérin, responsable du service des publics. Une réflexion au ras du sol, mais jamais terre-à-terre.

Julien Damien
Informations
Tourcoing, MUba Eugène Leroy

Site internet : http://www.muba-tourcoing.fr/

14.10.2017>08.01.2018tous les jours sauf mar: 13h>18h, 5,50/3€ / Gratuit (-18 ans)
Articles similaires
Xavier Noiret-Thomé et Henk Visch © Julien Damien