Home Exposition Les primitifs modernes

Ingénus génies

C’est une autre histoire de l’art du XXe siècle que dessine le parcours de Wilhelm Uhde. Celle-ci débute avec Picasso pour se concentrer ensuite sur les “primitifs modernes”, qu’on appellera les “peintres naïfs”. Parmi eux, seuls Le Douanier Rousseau et Séraphine Louis (incarnée au cinéma par Yolande Moreau) ont acquis une véritable notoriété. Le LaM leur rend justice.

1907. Wilhelm Uhde est aux côtés de Picasso quand il peint Les Demoiselles d’Avignon. À cette époque le collectionneur allemand, installé à Paris depuis peu, suit l’émergence du cubisme et du fauvisme. 1928. On retrouve Uhde à Montmartre. Désormais, ceux qui font battre son coeur sont des artistes autodidactes. Louis Vivin, Camille Beaubois ou Séraphine Louis évoluent en marge du marché de l’art. Il est fasciné par la capacité des représentants de l'”art naïf” à peindre le réel au-delà des apparences. Il fut ainsi l’un des premiers à défendre Le Douanier Rousseau. L’exposition qu’il monte pour eux, Les Primitifs modernes, donne son nom à cette rétrospective. L’homme fonctionne à l’affectif. Son histoire avec Séraphine Louis se déploie en deux temps. Il la rencontre en 1912 alors qu’elle est femme de ménage chez ses voisins, à Senlis. Il est séduit par ses petites natures mortes sur panneaux de bois. La guerre éclate et sa collection est dispersée. Il renoue avec elle à la fin des années 1920, la soutient jusqu’à organiser sa première exposition personnelle (et posthume) en 1945. On quitte le LaM avec, dans le regard, ses immenses bouquets de fleurs et arbres luxuriants.

Madeleine Bourgois
Informations
Villeneuve d'Ascq, LaM

Site internet : http://www.musee-lam.fr/

Collections permanentes accessibles du mardi au dimanche de 10 h à 18 h.
Exposition temporaire et collections permanentes : 10 / 7 €
Collections permanentes : 7 / 5 €

29.09.2017>07.12.2017mar>dim: 10h>18h, 10/7€/Gratuit (-12 ans)
Articles similaires